Pas de panique ! cette interjection circonscrit véritablement la quintessence même du point de presse tenu hier, jeudi 13 décembre, par Joseph Olenghankoy, Président du Conseil National de Suivi de l’Accord de la Saint-Sylvestre et du processus électoral, CNSA.

D’emblée, le représentant de cette institution d’appui à la démocratie a lancé un fervent appel à l’apaisement et à la retenue en ce qui concerne, d’une part, les diverses échauffourées devenues monnaie courante au cours de cette campagne électorale et, d’autre part, l’incendie, la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 décembre, de l’entrepôt de la CENI qui contenait plusieurs matériels logistiques, dûment les machines à voter disponibilisées pour la ville de Kinshasa et destinées à régenter le processus même de vote. Olenghankoy Mukundji a persisté et signé que, nonobstant ces soubresauts, plutôt inquiétants, il y aura, bel et bien, élections à la date du 23 décembre 2018.

C’est dans la foulée des tempêtes qui frappent le processus électoral que le CNSA, dans son étiquette d’une structure chargée de suivre, à la lettre, le processus et d’évaluer la faisabilité des scrutins, s’est pointé pour rassurer les congolaise qui désirent vivre une première alternance pacifique et démocratique dans leur pays. Voilà pourquoi, au nom de cette institution, Joseph Olenghankoy a confirmé la tenue des joutes électorales. Condamnant fermement cet acte criminel, il a promis de conférer avec la CENI qui est l’organe attitré afin de trouver une solution allant dans le sens d’une organisation des élections le 23 décembre 2018. «Qu’il soit commis par des émissaires de la Majorité ou de l’Opposition, nous condamnons l’incendie de cet entrepôt de la CENI…Nous allons, bien sûr, évaluer le processus mais la date du 23 décembre est inébranlable », a-t-il déclaré.
Quant aux scènes des violences qui se passent çà et là pendant cette période de propagande électorale, et principalement lors des meetings des candidats de l’Opposition, Olenghankoy hausse le ton et présagent même des sanctions qui émailleraient non pas simplement des autorités, mais aussi et surtout du peuple congolais, le souverain primaire. Il invite, par ricochet, tous les protagonistes de respecter les textes qui régissent le processus électoral car, d’après lui, ‘’aller, dans un sens contraire, c’est entrer dans une rébellion contre le pays. Ce qui est donc intolérable’’. «J’appelle le Ministre de l’intérieur à faire appliquer l’accord dans son intégralité notamment, le Chapitre V, point 4, qui instruit les autorités à faire respecter les droits de l’homme, la liberté des mouvements et le processus électoral. Toute autorité qui ira en l’encontre de ce principe consigné dans les textes légaux, elle répondra un jour devant la loi, devant la justice», a-t-il lancé.
Par ailleurs, le CNSA convie la population congolaise au calme et à se mobiliser pour que les challenges électoraux se passent dans la paix d’autant plus que, estime-t-il, les troubles et coups-bas pendant cette période constituerait un crime pour l’avenir même de la RDC.

Corneille Lubaki


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout