Number one de la Monusco et, de ce fait, représentante spéciale du Secrétaire Général de l’ONU au Congo-Kinshasa, Leila Zerrougui entreprend des rencontres avec les 21 candidats retenus dans la course pour coiffer la présidence de la République après les scrutins de décembre 2018.

‘’La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies rencontre actuellement chacun des 21 candidats à l’élection présidentielle. Ces réunions entrent dans le cadre des bons offices de Leila Zerrougui qui visent à contribuer à l’instauration d’un climat de confiance parmi les parties prenantes au processus électoral, préalable nécessaire à des élections apaisées le 23 décembre prochain’’, a annoncé hier, mercredi 31 octobre 2018, Florence Marshall, porte-parole de la Monusco.

C’était au cours de la traditionnelle conférence de presse de cette mission onusienne où le contour des activités de la Monusco ont été dévoilées aux côtés de la situation humanitaire ainsi que sécuritaire en République Démocratique du Congo. Il faudra noter, pour revenir à l’initiative signée Leila Zerrougui, que cet acte intervient dans une période cruciale où les espoirs de voir les cuisantes mésententes autour de la machine à voter et l’usage du fichier électoral en l’état font rage et perdurent sans consensus aucun.

Les espoirs nourris autour de la commission technique mise en place par le tandem CENI-Candidats à la présidentielle ont été balayées aisément avec la fin en queue de poisson de la deuxième confrontation. Par ailleurs, effet de l’écoulement du temps, le lancement de la campagne électorale ce 22 novembre n’est plus qu’à une vingtaine de jours de ce jeudi 1er novembre 2018.

L’initiative Leila Zerrougui s’inscrit comme la continuité de l’appel lancé par la délégation du Conseil de Sécurité passée dernièrement à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. Et, aussi, de celui des Evêques de la CENCO. Seulement, après le raté du CNSA, est-ce que les entretiens Leila Zerrougui-Candidats à la présidentielle peut créer assez d’apaisement pour revoir des perspectives d’accordement des violons sur la machine à voter et le fichier électoral ? Là est toute la question.

DN


Les plus lus