Les candidats Gouverneurs et Vice-gouverneurs se lanceront dans la propagande ce samedi 6 avril 2019 pour se mettre en ordre de bataille.

Le calendrier de la Commission Electorale Nationale Indépendante, tel que réaménagé à l’issue du dernier report intervenu au mois de mars, reste en vigueur. Autrement dit, le mercredi 10 avril 2019, l’élection des 24 prochains Gouverneurs de province ainsi que leurs adjoints, aura bel et bien lieu. Selon les bribes d’informations à notre possession, bon nombre des candidats sont d’ores et déjà, à travers différentes provinces, à l’assaut de leurs potentiels électeurs. A Kinshasa notamment, Laurent Batumona, candidat soutenu par le camp politique cher au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, serait déjà en ordre de bataille pour affronter ses collègues Députés provinciaux. Du côté du Front Commun pour le Congo, le candidat Gentiny Ngobila est, lui-aussi, à Kinshasa pour ce rendez-vous décisif. Idem pour Magloire Kabemba, ancien proche du Gouverneur sortant, André Kimbuta Yango, et tant d’autres ambitieux candidats en lice.

Le combat sera certainement rude
Le décor est enfin planté. Ce samedi 6 avril 2019, les candidats engagés dans la course au gouvernorat de différentes provinces de la RD. Congo démarreront, officiellement, leur campagne électorale, du reste, prévue pour deux jours. Ils devront, en effet, effectuer cette propagande auprès de Députés provinciaux et au sein de l’hémicycle de leurs Assemblées respectives. Dans les provinces où plus de deux candidats sont en lice notamment, à Kinshasa, Lubumbashi, Lualaba, Lomami et ailleurs, la compétition sera sans nul doute de tous les enjeux. Les meilleurs gagneront. Malencontreusement, les craintes enregistrées dans le chef de la population demeurent celles liées aux allégations de corruption dont les opérations électorales relatives à la sénatoriale ont fait montre, en mars dernier.

Non à la médiocrité
Le cri de ralliement de l’ensemble du peuple congolais s’avère désormais irrésistible. Il s’agit, de près ou de loin, de la volonté tous azimut accordée au changement dont est porteur le nouveau Chef de l’Etat congolais, Félix Antoine Tshisekedi. La fin de l’anarchie et du royaume des forts est réclamé. De ce fait, il y a lieu d’appuyer que le scrutin des Gouverneurs en perspective préoccuperait, non seulement les candidats engagés dans la course ainsi que leurs formations politiques, mais aussi et surtout le peuple congolais, en ce qu’il y a de son importante pour l’avenir radieux des 26 provinces du territoire national.

Jacques Kitengie


Les plus lus