Dernières publications

La récidive est diabolique. C’est dans l’esprit de ce credo que l’ensemble du souverain primaire au pays de Lumumba est exhorté à la vigilance lors du scrutin des Gouverneurs, prévu pour le mercredi 10 avril prochain.

Ce, afin d’éviter la fâcheuse corruption qui a pu dernièrement émailler le choix des Sénateurs au point de pousser le nouveau Chef de l’Etat à suspendre momentanément l’installation du bureau provisoire de la Chambre Haute du Parlement. L’enjeu, le cas échéant, consiste à résorber cette épidémie dévastatrice du système électoral congolais. Le défi est surmontable, certes. Faut-il alors souligner que seule l’implication des congolais saura convertir les politiques corrompus et les corrupteurs sans foi ni lois ? Dans tous les cas, la crédibilité de l’élection des Gouverneurs et leurs adjoints demeure un facteur déterminent eu égard au profil des élus-gagnants qui coifferont les 26 provinces du territoire national.

Décisif rendez-vous
Le rendez-vous entre les Députés élus en décembre 2018 au Congo-Kinshasa et la Commission Electorale Nationale Indépendante est fixé pour ce mercredi 10 avril 2019. Objectif ? L’élection des Gouverneurs et leurs adjoints sur l’ensemble des provinces du pays. En effet, selon l’almanach électoral en vigueur, la campagne, mieux la propagande démarre ce samedi 6 avril pour se terminer le lundi 8 avril prochain, soit à 48 heures de cette élection. L’alerte générale est, cependant, lancée à l’ensemble de la population, de l’Ex Katanga au grand Kasaï, jusqu’au Bandundu-Kinshasa-Matadi ; de l’Equateur à la Province Orientale jusqu’au Nord et Sud Kivu, pour ne pas citer le Maniema, afin de jouer à la sentinelle pour faire front aux compatriotes engagés dans la course et leurs électeurs qui, au détriment des vertus fondamentales, céderaient à la corruption.

Désavouer le simulacre d’élections
Il va sans dire que la parodie électorale telle que vécue, le 15 mars dernier, lors du choix des Sénateurs dans plus d’une province du pays ne laisse guère insensibles, du moins, les Députés provinciaux conscients de leur rôle pour la nation congolaise. Autant les candidats en lice au gouvernorat à ce scrutin sont-ils appelés à faire montre du respect envers le peuple congolais, autant leurs électeurs sont placés devant leurs responsabilités régaliennes afin d’honorer l’esprit de la Constitution congolaise, qui prévoit l’indirectivité de l’élection des Gouverneurs, Sénateurs et Bourgmestres. Importante, somme toute est cette élection, mais particulière elle l’est, également, en ce sens que l’heure est à la mutation de l’homme congolais-passif d’hier à l’homme congolais-conscient d’aujourd’hui. Allusion faite aux citoyens lambda qui, désormais, peuvent battre le pavé à tout instant pour revendiquer une société juste et moderne.

Jacques Kitengie

 


Les plus lus