L’Association des Professeurs de l’Université Pédagogique Nationale «APUPN» a tenu son assemblée générale extraordinaire mercredi 23 octobre 2019, pour évaluer la situation de grève qu’il avait décrétée depuis le 7 août dernier.

En collaboration avec les associations des professeurs d’autres université et instituts supérieurs, regroupés au sein du Réseau des associations des Professeurs du Congo (RAPUCO). Une décision de levée de grève pour deux semaines a été prise, après plusieurs échanges avec les autorités.

Suite aux différents entretiens avec le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Thomas Luhaka Losendjola, l’APUPN s’est montré coopératif avec le Ministre de l’ESU et salue les efforts fournis au niveau du gouvernement central pour une solution définitive aux revendications des professeurs sur toute l’étendue du territoire National. Dans un communiqué publié mercredi 23 octobre 2019, les professeurs de cette université publique ont décidé de suspendre le mouvement de grève pour deux semaines pendant qu’ils poursuivent les négociations avec le gouvernement. Tous cela dans le souci de sortir de la crise et assurer une rentrée académique apaisée. Toutefois, l’Association des Professeur de l’UPN se réunira dans deux semaines, c'est-à-dire, mercredi 6 novembre pour une nouvelle évaluation de la situation. «Compte tenu de cette évolution positive, l’assemblée générale extraordinaire, après échanges et débats, décrète une trêve de deux semaines dans sa grève et demande aux professeurs de reprendre régulièrement les activités académiques. L’APUPN reste ouverte à travers le RAPUCO, à la poursuite des négociations avec les autorités compétentes et se réunira dans deux semaines», a précisé le communiqué. Pour rappel, c’est depuis le mois d’août que les professeurs de l’UPN avaient décrétés une grève, suite aux manques des réponses positives de la part des autorités compétentes à leurs revendications. Ils avaient refusé de procéder à la délibération des résultats des examens de la première session, ils ont également réclamé les élections des Recteurs et Directeurs Généraux, selon les textes qui les régissent.

Richard Mfumu