L’Université de Kinshasa d’hier et celle d’aujourd’hui, demeure égale à elle-même. L’histoire vient encore de se répéter. Attendez ! Comme c’est fut le cas dans les années 90, la colline inspirée de Mont-amba a été de nouveau scellée par le pouvoir exécutif de la RDC. D’aucuns s’inquiètent de cette mesure conservatoire qui met en péril beaucoup d’étudiants innocents.

Le lundi 6 janvier 2020, les étudiants de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) ont manifesté contre la hausse des frais académiques fixés à 490.500FC pour les classes de recrutement et 485.500 FC pour les classes montantes. Selon les manifestants, ces montants sont contraires à l’instruction du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), Thomas Luhaka, qui fixe les frais à 164.700FC pour les classes de recrutement (préparatoire, premier graduat et première licence), 131.760FC pour le deuxième et troisième graduat et 247.050 FC pour le troisième cycle.

Après une fouille effectuée par la police universitaire de l’UNIKIN le jeudi 9 janvier 2020, des armes à feu ont été découvertes dans certaines résidences estudiantines, précisément au home 8, en plus de plusieurs munitions, un chargeur et du chanvre. A cet effet, la police nationale a annoncé l’ouverture d’une enquête afin d’en identifier les propriétaires.

Après avoir suivi l’adresse du Chef de l’Etat à la Nation, après avoir entendu la thérapie de la CENCO sur la gratuité à l’école primaire et le point de vue de l’opposition exprimé par un leader de LAMUKA, la Société Civile a, également, donné son point de vue sur plusieurs sujets d’intérêt commun.