Acteur important de la Société civile et spécialiste des questions électorales, Jérôme Bonso tire la sonnette d’alarme le Rapport de la CENI non encore examiné au niveau du Parlement. Selon lui, le fichier électoral de 2018 risque d’être totalement dépassé et les scrutins de 2023 renvoyer aux calendes grecques. En un mot, un nouveau glissement profile à l’horizon. Vite une Session extraordinaire pour parer à cette éventualité source d’instabilité.

Le célèbre Evêque Pascal Mukuna, président du FC Renaissance et président national de l’Alliance Mondiale des Eglises Chrétiennes (AMEC), est monté au créneau pour exiger la dissolution de la coalition FCC-CACH. Car, prétend-il, il y a un blocage. Ça s’appelle machine FCC-CACH, qui empêche le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, d’avoir les mains libres.

«Je décrète 2020, l’Année de l’Action. L’année du combat contre la pauvreté, l’année de la renaissance, l’année de la paix, l’année de la justice pour tous», avait déclaré le Président de la République, Félix Tshisekedi, dans son discours sur l’état de la nation au Parlement. En revanche, le candidat malheureux à la Présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu, a, dans son adresse à l’occasion de la commémoration de l’an Un de «la confiscation de son pouvoir» ; décrété 2020, Année de la Libération de la RDC.

A Kinshasa comme dans l’arrière-pays, la fête de la Nativité s’est déroulée dans un climat teinté de marasme socio-économique. En ce jour commémorant la naissance du petit enfant Jésus, la morosité était perceptible dans quasiment toutes les communes de la capitale congolaise, les embouteillages monstres habituels ont, curieusement, fait place à une circulation ou trafic normal, sans encombre. De même que la fête a fait place à la méditation.

Du 30 décembre 2018 au 30 décembre 2019, une année s’est déjà écoulée depuis que les congolaises et congolais sont allés aux urnes, sous une pluie battante, pour élire leur cinquième Président ainsi que les députés nationaux.

En cette fin d’année 2019, l’actualité politique domine, une fois de plus, le paysage de la RD Congo. Même si la fête de la Nativité s’est, perceptiblement, déroulée dans la morosité, la disette la plus totale à Kinshasa comme dans l’arrière-pays. «Le peuple d’abord» ne devient-il qu’un vœu pieu ?

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout