Les plénipotentiaires du Comité de suivi FCC-CACH dûment mandatés pour mener la délicate mission de partage des responsabilités dans les entreprises du portefeuille de l’Etat ont rendu leur copie, le jeudi 27 février, après quasiment deux semaines d’intenses négociations.

Conduite auprès de Sylvestre Ilunga, le Premier ministre congolais, par le Chef du département Afrique Mauricio Villafuerte, la délégation du Fonds monétaire international a exprimé le 25 février sa satisfaction découlant de la stabilité de la situation macro-économique en RDC.

C’est un énième appel à la convocation d’un dialogue inclusif qui a atterri sur la table de la Conférence épiscopale nationale du Congo. Intitulé « Appel à la paix », le mémorandum émane de Jean-Pierre Lisanga Bonganga qui affirme s’exprimer au nom de son ‘’parti d’idéologie chrétienne’’, la Convention Chrétienne pour la Démocratie (CCD), et du groupe d’accueil de la paroisse Saint Augustin de Lemba et non en celui de LAMUKA ‘’qui a des personnalités éminentes attitrées et des structures appropriées pour l’engager’’.

La pratique est en passe de s’ancrer définitivement dans les mœurs kinoises. Et elle ne laisse pas d’inquiéter dans une société à la main constamment tendue à chaque disparition d’un être cher qui, de son vivant, a atteint une certaine notoriété dans son domaine d’activité, à défaut d’une notoriété certaine.

Ceux qui n’ont pas été nommés à la Présidence de la République, encore moins à l’exécutif central que chapeaute présentement Ilunga Ilunkamba, espèrent occuper des postes prestigieux lors du partage des entreprises de l’Etat.

Quoi que l’on puisse dire, quoi que l’on puisse faire, il appert que l’année 2020 est effectivement celle de l’action. Des professeurs de l’Unikin, des médecins et Cie, ont su capter parfaitement le message du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Les plus lus

  • Partenaires

  • Médias

  • Tout