Au crépuscule du long règne du Maréchal Mobutu, il était coutumier d’entendre cette phrase : « A chaque Libanais, son colonel ». Traduction de la puissance et de la mainmise des commerçants phéniciens sur l’économie du Zaïre décadent. Aucun secteur ne leur échappait alors. De la grande distribution au transport routier en passant par les services de gardiennage, l’immobilier et la friperie, les Libanais étaient les véritables rois du Zaïre.

La semaine écoulée restera certainement dans les annales de la coalition gouvernementale FCC-CACH. Les historiens se poseront un jour la question de savoir si la sortie de Jeanine Mabunda lui avait été inspirée par Kingakati, ou si la présidente de l’Assemblée nationale s’était exprimée en pédagogue dans le feu des questions des journalistes friands de sa réaction aux propos du Chef de l’Etat à Londres.

La Haute Représentante des Nations-Unies aux droits de l’homme vient de séjourner en RDC. Cinq jours au cours desquels Michelle Bachelet s’est imprégnée, comme bien d’autres avant elle, des questions épineuses de l’exercice des droits humains dans un pays post-(ou en) conflit, selon que l’on voit le verre sanguinolent à moitié plein ou à moitié vide. Certes, une amélioration est perceptible quant à l’expression des droits civiques. En revanche, (et la nuance mérite d’être soulignée), l’exercice plein des droits de l’homme continue à marquer le pas.

Un vif débat s’est emparé du microcosme politique depuis le 19 janvier dernier. Au cours de cette soirée dominicale, le Président de la République qui s’adressait à quelques membres de la communauté congolaise à Londres au Royaume-Uni, avais mis en relief les difficultés rencontrées jusque-là dans la coalition FCC-CACH.

L’UDPS en retraite de 3 jours au Centre catholique Nganda à compter de ce mardi 28 janvier. L’événement pourrait rappeler aux férus des comparaisons celle tenue à Mbuela Lodge (Kongo Central) par les alliés du FCC en novembre dernier, elle-même précédée par les assises de Lubumbashi.

Les plus lus