Dernières publications

La plus belle femme du monde ne donne que ce qu’elle a. Cette pensée répandue à travers le monde, archaïque soit-elle, s’accorde parfaitement avec la réalité dans ce monde de ‘’Caesar’’.

Tel un tribun assidu, le Chef de l’Etat de la RD Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’apprête à intervenir à l’occasion de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU dès ce jeudi 26 septembre, sauf imprévu.

Au-delà des promesses que certains qualifient de cosmétiques ou de fantaisistes, là où d’autres les estiment rassurantes et rationnelles, Félix Tshisekedi, à peine huit mois au pouvoir sur son mandat de 5 ans, aura aussi marqué ses débuts par des voyages çà et là dans le globe. Le décompte renseigne qu’il a déjà posé ses pieds dans les quatre continents, hormis l’Océanie, du reste véritablement excentrée. D’ailleurs, Tshisekedi Tshilombo, le même, se retrouve, après le Royaume de Belgique, aux Etats-Unis, précisément à New York où il prononcera ce jeudi 26 septembre, son tout premier oral de grande envergure internationale, en marge de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée générale de Nations Unies.

Investi Président de la République le 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi était considéré par certains comme celui qui vient châtier son prédécesseur ainsi que ses troupes pour tout le «mal» qu’ils ont fait subir aux congolais durant leur règne qui a duré près de deux décennies. En fait, cette option ne fait pas partie intégrante de sa philosophie.

A l’image du FC Renaissance du Congo, ce club de Football qui revient dans le prestigieux championnat national de la Linafoot après sa ‘’relégation’’ à la division inférieure de suite d’un comportement ‘’peu catholique’’ de ses supporters, la RD-Congo quant à elle, devra, coûte que coûte, signer son entrée, mieux son retour dans le cercle des pays qui travaillent réellement pour le développement. A l’étape où l’alternance démocratique a été largement saluée par plusieurs Nations, la sécurité, la paix et la stabilité politique dans la durée pourront, dans cette lignée, permettre à ce grand pays situé à l’épicentre de l’Afrique, d’attirer des entrepreneurs, des investisseurs et des partenaires soucieux de l’avenir de ce cher et beau pays. Cela avec l’optique de booster l’économie congolaise. Déjà, Félix Tshisekedi, le même qui devra prononcer un discours à la face du monde à l’occasion de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU, est appelé à vendre positivement le Congo. Dans sa vision, il compte conduire positivement le pays qui, à l’interne, la population vit dans une pauvreté criante. Car, il faudra le dire, tous les indicateurs sont au rouge. Il ne reste qu’à savoir si cet avenir sera meilleur comme l’avait-il laissé entendre après qu’il ait récupéré les fanions du pouvoir entre les mains de son prédécesseur. Même si son lobbying s’est intensifié à l’externe, au niveau interne, par conséquent, même avec la composition de son gouvernement éléphantesque de 66 membres, le pays continue malheureusement à tourner au ralenti. Après l’investiture de cette équipe gouvernementale, l’heure était arrivée pour que les choses sérieuses commencent. Parmi lesquelles, il y a lieu de souligner le dépôt et l’examen du projet budgétaire pour l’exercice 2020 que le parlement attend impatiemment. Le redressement national à partir de la base voulu par Ilunga Ilunkamba durant cette mandature, ne devrait pas être des simples promesses farfelues, d’autant plus que le peuple, petit soit-il, aspire au changement. Oui, au vrai changement. Car, le dernier mot revient toujours au peuple. Et, les besoins du peuple doivent être une priorité, à l’instar de la fameuse phrase : ‘‘Papa alobaki, le peuple d’abord’’.

La Pros.

«La justice élève une Nation». Cette pensée, tirée des saintes écritures, ‘’la Bible’’, est l’une des façons pour le Créateur d’exprimer l’immense importance qu’a le système judiciaire au sein d’une société quelconque.

Les plus lus