Le rebondissement au sein du microcosme politique RD Congolais a subitement pris une vitesse de croisière. Toutes les surfaces de contrôle, extensibles soient-elles, se trouvent d’ores et déjà entre les mains du nouveau locataire du Palais de la nation.

Investi à la magistrature suprême, depuis jeudi 24 janvier 2019, à l’issue d’une cérémonie solennelle, Félix Tshisekedi Tshilombo, est entré en possession de l’intégralité du pouvoir qui, du reste, lui a été transmis par son prédécesseur Joseph Kabila, au sortir des élections du dimanche 30 décembre 2018. Ensemble, les deux hommes, ayant un passé diamétralement et politiquement opposé, caractérisé par de nombreux démêlés ont, in fine, su mettre de côté, tous les désaccords d’antan, en vue de favoriser l’intérêt supérieur de la Res publica. Depuis, les deux responsables sont devenus ‘’partenaires’’ soit-dit, à l’issu d’une alternance démocratique au sommet de l’Etat, qui d’ailleurs a été concrétisée via un transfèrement de l’impérium, sans qu’il n’y ait effusion de sang. Incroyable, n’est-ce pas ? Et, par ricochet, ce tournant décisif, au terme de son 58ème anniversaire de l’indépendance, a étonné plus d’un. Surprenante soit-elle, la cérémonie de remise-reprise entre le Président sortant et l’entrant, a visiblement donné le feu vert à l’actuel Chef de l’Etat, de pouvoir conduire complètement le train qu’est la RDC, jusqu’à la gare. Puisque, son aura politique, sa ligne de conduite, ainsi que ses engagements pris au devant du peuple congolais, lors de son investiture, tendent vers sa probable concrétisation, surtout si l’on tient compte des évènements qui se sont succédés depuis son avènement au Palais de la nation.
Aux dernières nouvelles, se voulant avoir un aperçu général, ce dernier, après avoir nommé son Directeur de cabinet Vital Kamerhe et son adjoint Eberande Kolongele, il va de soi, qu’au cours de cette semaine, qu’il puisse parachever la composition de son équipe. A cette allure, les choses continueront toujours à bouger dans la trame. Encore que la multiplication des réunions stratégiques et des audiences, font montre jusqu’où Tshisekedi voudrait conduire ce pays. Déjà, des grandes mesures ont été annoncées, comparativement à son prédécesseur, sa rigueur dans la gestion se manifeste peu à peu. Cela ne va-t-elle pas rencontrer des assentiments de beaucoup de gens ? Ne sera-t-il pas détesté parmi ceux qui dirigeront avec lui ? D’aucuns s’interrogent…
Dans l’entre temps, il s’avère que la semaine serait loin d’être finie. Alors que l’Assemblée Nationale a été déclarée ouverte par la reprise de la session extraordinaire que va chapeauter provisoirement un cadre de la coalition Lamuka, M. Kyungu Wa-Kumwanza, d’une part et, un meeting test est en gestation du côté de ceux qui continuent à contester la légitimité de Tshisekedi, d’autre part. Qu’adviendra-t-il d’ici le 2 février? Personne n’en sait, du moins, le Bing-Bang politique ne cessera jamais de se manifester. Au nouveau président d’en être à la hauteur.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout