Dernières publications

Nonobstant quelques atermoiements, l’inéluctable moment que le monde espérait voir s’accomplir dans l’incroyable et bouleversante histoire de la RD. Congo s’est enfin concrétisé au Palais de la Nation hier, jeudi 24 janvier 2019.

Ledit moment vient d’être inscrit dans les annales de la nation congolaise. D’autant qu’il marque, à l’encre indélébile, la première ‘‘alternance pacifique, civilisée et démocratique’’ au Grand-Congo. Oui, après la prestation de serment par le Président entrant, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, suivie de la remise des emblèmes du Pouvoir par le Chef de l’Etat sortant, Joseph Kabila Kabange, une chaleureuse poignée de main complétée, d’une part, par des clins d’œil et des sourires aux lèvres et surtout accompagnée, d’autre part, d’une accolade des braves entre les deux personnalités, désormais historiques, ont, ipso facto, couronné l’ascension du pays de Lumumba dans le panthéon des nations véritablement démocratiques. Les démons pro-intoxications et les quidams, stipendiés aux humeurs et désirs de ceux qui tentaient malicieusement de nuire à la démocratie de la RD. Congo, se trouvent ainsi dans un chamboulement total. Car, cette assermentation de Félix Tshisekedi, bien qu’elle soit aussi récusée par la coalition Lamuka qui revendique toujours la victoire de son candidat Martin Fayulu à la présidentielle, se réfère tout de même à la fatwa de la Cour Constitutionnelle et traduit, par ricochet, l’avènement d’une nouvelle ère pour ce pays-continent dont l’image ne correspond jusqu’à ce jour à sa densité, à son faune et sa flore, ainsi que ses diverses potentialités de sol et de sous-sol. L’heure est, à cet effet, arrivée de créer un nouveau Congo, un pays où les éclats de rires domineront sur les grincements de dents, un Etat où les figures embouées laisseront la place aux visages épanouis, et donc, une nation où la population vivra en communion sans acception ethnique. Voilà pourquoi, l’appel à la coalition lancée par le Président sortant lors de son dernier discours à la nation qui, du reste, a été entériné par le Chef de l’Etat entrant, dans son allocution d’investiture, sous les termes d’une réconciliation nationale, s’avère, à ce jour, comme une question de facto. Puisque, loin de certains discordes ou grabuges entre les différentes forces vives de la Nation, le Congo nécessite une cohésion de tous ses fils et filles en vue de favoriser son éclosion. Il est indéniable que tous ceux qui ont des différends prennent les taureaux par les cornes en s’asseyant autour d’une même table afin de couper la poire en deux et permettre, dans la foulée, à la République d’avancer. Ce qui est vrai, la RD. Congo, à l’heure où elle vient de sceller sa première alternance démocratique, a vraisemblablement besoin de vivre des accolades non pas hypocrites mais sincères entre ses protagonistes politiques aux fins de sortir du gouffre vers l’émergence. Que chacun mette un peu de l’eau dans son vin…

La Pros.

 


Les plus lus