Dernières publications

Bien que bénéficiaire du processus de la décrispation politique prescrite dans l’accord de la Saint Sylvestre et entérinée par le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi Chapwe, de retour au pays depuis le 20 mai dernier, a toujours été tenu loin de sa base.

Ce, dans la mesure où son safari lancé, il y a quatre mois déjà, est, de temps en temps, interrompu, faute d’autorisation de survol de son jet privé. Toutefois, Ensemble pour le Changement, son regroupement politique, a confirmé la reprise de cette randonnée politique, en annonçant la descente de cet acteur politique dans la ville de Goma pour ce samedi 26 octobre. Une chose qui va, vraisemblablement, permettre à ce leader de la coalition Lamuka, de faire-valoir sa force et sa popularité, au moment où les débats sur le porte-parole de l’Opposition défraient la chronique. Tactique ou coïncidence ? Des analystes sous-tendent que tout va dans le sens d’un plan bien tracé pour démontrer qu’il a l’étoffe d’assumer cette charge. Surtout qu’il est le premier de cette coalition Lamuka à avoir exprimé les ambitions d’une opposition républicaine, alors que Bemba balbutiait sur sa position et que Fayulu et Muzito ne juraient que sur la vérité des urnes, plus que Pierre quand il renia Jésus-Christ. Et, comme deux groupes parlementaires MS et G7 ont déjà voué leur soutien en sa candidature, le numéro Un d’Ensemble pour le Changement pourrait bénéficier de ce flambeau. D’autant qu’il parait manifestement réfléchi dans ses différentes actions et réactions, à tel point qu’il n’hésite et n’hésiterait pas de saluer les bonnes idées du Gouvernement et dénoncer jusqu’à sa dernière énergie les mauvaises. Posture véritablement républicaine. Mais alors, pourrait-il être un bon challengeur alors que certaines indiscrétions renseignent son probable rapprochement avec son ancien mentor, Joseph Kabila qui, d’ailleurs, fera bientôt son comeback politique, en tant que président du PPRD. Sans oublier qu’un grand nombre de lamukistes estiment que ce numéro Un du TP Mazembe pactise avec Félix Tshisekedi. Toutefois, outre le tandem Fayulu-Muzito qui n’entend pas incarner l’opposition puisqu’ils cramponnent sur la voie de la vérité des urnes, Jean- Pierre Bemba demeurerait, par ailleurs, dans cette ligne de porte-parole et se rassurerait du soutien de son parti, le MLC, qui compte un bon nombre des élus. Qui jouerait bien le rôle ? Telle est la question ? Y aurait-il un porte-parole de l’Opposition ? Telle est l’autre interrogation, sachant que la dynamique ‘’vérité des urnes’’ est et demeurera certainement contre cette démarche. Sans doute, ce sujet causera tant d’agitations au sein du gotha politique et principalement de Lamuka qui, depuis quelques temps, paraît disloquer. C’est sans doute au gré de ces remous que l’on connaîtra si l’opposition aura un porte-parole ou non.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout