Certains parlent d’inadéquation, d’autres jugent modique le projet de loi de finances pour l’exercice 2020, approuvé récemment au cours de la réunion du Conseil des ministres dirigée par le Premier ministre Ilunga Ilunkamba.

Chiffré à 7 milliards de dollars américains, ce projet qui sent presque la honte à plein nez, a créé un tollé général chez les acteurs sociopolitiques comme dans le chef du citoyen lambda.
Plusieurs d’entre eux pensent, en effet, que les défis abracadabrantesques auxquels fait face le pays auront du mal, mieux se verront dans l’impossibilité d’être relevés avec ces chiffres ‘‘modiques’’.
Des souvenirs commencent à refaire surface concernant la promesse du Président de la République, Félix Tshisekedi, de mobiliser un budget de 87 Milliards USD sur une période de dix ans. C’était probablement sans compter avec certaines préoccupations qui ont pris la forme démesurée des priorités, mais aussi des défis de plus en plus pressants en tout cas qui ne tiennent pas compte des serments de campagne électorale. Il devra, semble-t-il, y jeter un œil pour un éventuel recadrage avant qu’il ne soit déposé à l’Assemblée nationale pour examen et adoption.
Voyez vous, rien que la gratuité de l’enseignement de base prônée par la Constitution et réaffirmé par le chef de l'Etat, va coûter près de 3 milliards USD. Les 4 milliards restants sont d’ailleurs inférieurs au budget de 2019 qui était de 5,9 milliards USD.
Faudra ajouter à cela la sécurité, les infrastructures, la santé, l’économie et tout ce blindage des besoins colossaux qui, pour un habitué des chiffres, nécessitent à tout prix un recours massif aux emprunts extérieurs pour y faire face.
Aussi, tout ceci ne serait qu’une utopie tant que les antivaleurs telles que les détournements des fonds publics et la corruption ne seront pas combattus avec la dernière énergie. Le budget national n’augmentera également pas de façon significative en garantissant l’impunité aux inciviques fiscaux et aux criminels économiques.
Le chef de l’Etat et l’ensemble des membres du gouvernement sont tous attendus au tournant. Le service à la Nation n’est pas une tâche aisée.
Le Fonds Monétaire International se dit toutefois disposé à offrir ses conseils et son expertise pour un budget réaliste. Voyons voir. Enfin, disons tout simplement que ce budget est actuellement laissé-pour-compte.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout