Au-delà des promesses que certains qualifient de cosmétiques ou de fantaisistes, là où d’autres les estiment rassurantes et rationnelles, Félix Tshisekedi, à peine huit mois au pouvoir sur son mandat de 5 ans, aura aussi marqué ses débuts par des voyages çà et là dans le globe. Le décompte renseigne qu’il a déjà posé ses pieds dans les quatre continents, hormis l’Océanie, du reste véritablement excentrée. D’ailleurs, Tshisekedi Tshilombo, le même, se retrouve, après le Royaume de Belgique, aux Etats-Unis, précisément à New York où il prononcera ce jeudi 26 septembre, son tout premier oral de grande envergure internationale, en marge de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée générale de Nations Unies.

Quoiqu’il démontre, à travers ces randonnées à l’étranger, sa volonté de redorer l’image du pays ou encore de ramener des investisseurs, le successeur de Joseph Kabila devra sûrement orienter son allocution dans un sens plutôt pragmatique, en lieu et place d’essayer de promettre monts et merveilles, alors que des moyens conséquents pour escalader les montagnes ne sont pas encore trouvés. Ce qui signifie qu’outre le fait de présenter sa vision pour un Congo émergent, le sens de la mesure devra aussi régenter le discours du Chef de l’Etat, face à ce monde des Chefs d’Etats, de gouvernement et de diplomates qui ont, semblerait-il, des mémoires photographiques, à tel point qu’ils exigeraient toujours la concrétisation d’une promesse. Et donc, une parole donnée devra à tout prix se réaliser, en référence même à l’expression la plus usitée et adorée des enfants : « promis, juré, craché ». Point n’est ainsi besoin de prononcer des mots en l’air, sachant que quelques annonces et projections faites depuis un bout de temps souffrent de concrétisation ou d’une bonne applicabilité. L’exemple est aujourd’hui de la gratuité de l’enseignement qui est en panne, faute de déboursement des frais de fonctionnement dans des écoles, dûment conventionnées catholiques. Certains enseignants ont, du reste, donné un ultimatum au Gouvernement quant au paiement d’un bon salaire, faute de quoi, la gratuité de l’enseignement de base sera conjuguée au passé. Aussi, le Comité Laïc de Coordination qui ne cesse d’en appeler à la réforme des institutions menace-t-il de reprendre la rue si des explications claires ne sont pas émises concernant la traçabilité de 15 millions de dollars américains. Sur cette question, des versions sont multiples à tel point que Félix Tshisekedi a lui-même renseigné qu’il s’est agi non pas d’un détournement, mais plutôt d’une retro-commission, du reste, illégale sous d’autres cieux, mais légale en RD. Congo. En tout cas, c’est d’après le Président de la République, Chef de l’Etat. In globo, la langue doit tourner sept fois…

La Pros.


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout