Dernières publications

15 piliers auront suffi, pour amener les Députés à juger Ilunga et son équipe sur ses capacités à gérer la RD. Congo au mieux des intérêts de tous les congolais. Certes que les chiffres les plus étayés ont manqué.

Mais, l’important était bien là. Des esprits aussi critiques que fanatiques s’en sont, certainement, rendus compte, après l’analyse minutieuse du discours-programme du Premier Ministre de ce mardi 3 septembre 2019.
Après tout, aujourd’hui, Ilunga passera. Puisqu’en tout état de cause, les Députés dont la majorité est constituée des membres de la coalition FCC-CACH ne pourraient ni se dédire, ni trahir le serment de fidélité à leurs Autorités morales, à savoir, Kabila et Félix Antoine Tshisekedi.
Si bien que la cérémonie attendue ce jour ne sera plus qu’une simple formalité d’usage pour consacrer l’intronisation du gouvernement et lui donner ainsi le feu vert dont il aurait besoin pour monter en puissance aux commandes de l’Exécutif National.
Au fond, la question des moyens persistera. Aux ambitions aussi mirobolantes que mielleuses, la mobilisation de tous à laquelle Ilunga, lui-même, a fait allusion, ce jour-là, il faudra ajouter une dose de mesure pour arrondir les angles et trouver de quoi traduire dans les faits, la vision de Félix Tshisekedi, celle de l’alternance démocratique, de la transformation qualitative de la société congolaise mais, aussi, de la revalorisation des paramètres vitaux de l’économie en vue de l’amélioration, à brève échéance, des conditions sociales des congolais.
Si, à l’interne, les impôts, taxes et redevances présentent un déficit criant, quant à leur mobilisation dans l’escarcelle du Trésor Public, il n’en de même, paradoxalement, pour ce qui concerne le volet externe où l’exode des capitaux se poursuit, en vertu de l’extraversion et du manque de capacité à exporter des produits du sous-sol, du sol et, même, de toutes les ressources relevant des potentialités de la RD. Congo à exporter des biens et services vers l’étranger.
A l’inverse, même en politique, des défis demeurent têtus. Le processus électoral, dans son volet consécutif aux scrutins locaux, municipaux et urbains, est bloqué. L’insécurité grandissante et galopante inquiète tout le monde, y compris les Evêques et tous les humanitaires du monde entier. Tout comme aujourd’hui, l’expansion pernicieuse d’Ebola met en sens ‘’dessous-dessus’’, tous les calculs exempts de frayeur et de doute tant que le virus continuera inexorablement sa promenade de santé dans les corps des congolais.
A tout ceci, il mettre du paquet pour la prise en compte de la gratuité de l’enseignement, des dépenses de fonctionnement institutionnel et de la reconstruction des infrastructures ainsi que d’autres sauts-de-mouton ou des affaires liées aux exigences du Numérique.
Ceci expliquant cela, Ilunga n’aura pas que du pain béni. Loin d’être une simple onction, l’investiture de ce jour n’est qu’un vrai pari.

LPM

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout