Dernières publications

Sous la présidence de l’Honorable Jeanine Mabunda, la séance plénière consacrée à l’audition suivie du débat autour du programme du gouvernement s’est déroulée, ce mardi 3 septembre 2019, dans l’hémicycle du Palais du Peuple.

Cette cérémonie d’investiture de l’équipe Ilunga Ilunkamba qui connaitra son épilogue le vendredi prochain, a débuté par la lecture des ordonnances présidentielles portant respectivement nomination du Premier Ministre, des Vice-premiers Ministres, des Ministres d’Etat, des Ministres, des Ministres délégués et des Vice-ministres. 66 membres, au total.
Dans ce document de plusieurs pages, le Chef du gouvernement souligne, d’entrée de jeu, que tous les gouvernements depuis la Première République se sont butés à des contraintes de tous ordres qui n’ont pas permis le décollage effectif de la RD Congo et que la situation économique et sociale de cet immense Etat africain n’est guère reluisante.
Sylvestre Ilunga Ilunkamba en appelle aux Congolaises et Congolais de prendre conscience de l’urgente nécessité de mettre leur pays sur une nouvelle voie, celle de la vertu et de l’éthique, celle de l’effort et du travail, celle de la justice et du droit, celle de la solidarité et de la fraternité.
Les 15 piliers-clés dudit programme sont répartis dans les quatre grands secteurs suivants : secteur politique, défense et sécurité ; secteur économique et finances ; secteur de la reconstruction ; secteur social et culturel. Le tout premier pilier planche sur la pacification du pays et promotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationale.
L’un des objectifs de ce point consiste au maintien du dialogue permanent entre les acteurs sociopolitiques à tous les niveaux. Ceci tombe à pic parce que l’opposition, incarnée par Lamuka, exige un dialogue avec la coalition FCC-CACH au pouvoir sous l’arbitrage de l’ONU en vue de réformes institutionnelles urgentes avant les prochaines élections.
A cet effet, un mémorandum a été remis au Secrétaire Général des Nations-Unies, Antonio Guterres, en visite à Kinshasa.
Le deuxième pilier c’est le renforcement de l’autorité de l’Etat, promotion de l’Etat de droit et de la démocratie.
Ilunga et son équipe auront du pain sur la planche à ce propos même si, ils se fixent, entre autres objectifs, de faire de la justice l’épine dorsale de notre gouvernance, facteur qui fera de la République démocratique du Congo un Etat de droit où tous les citoyens sont égaux devant la Loi.
Plus loin, le gouvernement Ilunga s’attèlera à capitaliser la position géostratégique de la RDC afin de renforcer sa présence sur les scènes africaine et internationale où se jouent les grands enjeux mondiaux.
Au plan économique et financier, ce nouveau gouvernement envisage de créer une juridiction spécialisée dans la lutte contre la corruption (cheval de bataille du Président Tshisekedi), la fraude fiscale, le blanchiment des capitaux ainsi que le détournement des deniers publics ; rationaliser, conformément au code minier, l’industrie minière, de l’exploitation à la transformation ….
En matière environnementale (gros enjeu mondial), le Premier Ministre se dit déterminé à affirmer le leadership mondial et africain de la RDC dans le domaine de l’eau et de la forêt notamment par la mise en place d’une «charte nationale de l’environnement et du développement durable».
Ilunga Ilunkamba a conclu son grand oral par le quinzième pilier portant sur la promotion de la culture, des arts, des sports et des centres de loisirs.
Dire et faire, c’est le vœu le plus ardent de toutes les filles et tous les fils de ce grand pays au cœur du continent noir.

La Pros.

 


Les plus lus