Dernières publications

L’occasion lui sera, certes, offerte de démontrer, après qu’il ait été nommé, depuis le 20 mai 2019, et dévoilé la composition de son équipe gouvernementale, le 25 août dernier, de présenter son discours-programme aux Députés, ceux-là même qui, à l’issue des élections du 30 décembre 2018, ont reçu mandat, à la fois, de représenter le peuple congolais, de voter les lois et d’exercer le contrôle sur le pouvoir exécutif.

Donc, au-delà de tout ce que d’aucuns considèrent comme retard et que Félix Tshisekedi, le tout nouveau Président de la République, relativise, le passage de Sylvestre Ilunga au Parlement ce mardi est un petit plus sur la voie de la consolidation de la coalition FCC-CACH dont l’accord signé le 29 juillet dernier, scelle, désormais, un pacte des noces la mangeoire, quant aux résultats résultant de fruits de la gouvernance commune de la Res Publica.

Mais, de quoi pourrait être fait ce programme ? Quelles en sont les grandes lignes ? Quelles sont les priorités ? Eh bien, il ressort d’un projet de discours intercepté sur la toile, que M. Ilunga Ilunga, Professeur de son état, économiste iconoclaste, n’aurait, vraiment, pas de roue nouvelle à inventer dans un contexte d’un pays post-conflit comme la RD. Congo dont tous les paramètres sont au rouge, si ce n’est de commencer par la refondation des piliers essentiels de l’Etat.

La paix, l’économie, la santé, l’éducation, la justice, les droits de l’homme, la démocratie, le parachèvement du processus électoral, sans oublier, toutes les urgences à l’instar de cette affaire de la gratuité de l’enseignement et de la lutte contre la pandémie d’Ebola, ne manqueront pas de figurer en bonne place de son discours-programme.

Autrement dit, il ne s’écartera pas de la ligne boulevardière tracée, depuis le 24 janvier 2019, par Félix Tshisekedi, lui-même, le jour de son investiture. Néanmoins, il s’escrimera à en définir les pistes de réalisation à court, moyen et long terme tout en sachant d’avance, que son propre bail à l’Hôtel du gouvernement, à la lisière de la Gombe, n’en a pas, lui aussi, pour l’éternité. Bien, par contre, les jours sont comptés.

Car, après tout, il devra y intégrer, comme il faudra s’y attendre, les exigences des échéances de l’horizon 2023. De sa réussite, dépendra celle de la coalition FCC-CACH. De son échec, celle-ci, tel un conglomérat, sera vouée aux gémonies. D’où, la nécessité, pour tous les sociétaires, avec Kabila et Félix Tshisekedi, en tête, de lui prêter main forte et de s’y engager résolument, même s’il fallait se décarcasser dans tous les sens ou se couper en mille morceaux. Ils auraient intérêt, en tout cas, à aller, dès maintenant à l’essentiel, à ne plus perdre du temps, en investissant rapidement l’équipe Ilunga et consorts. Déjà, faut-il le rappeler, plus de sept mois sur les soixante que compte la mandature, se sont écoulés dans le vide.

LPM


Les plus lus