Après le ‘’Habemus Papam’’ made in RD. Congo, exprimé avec la sortie tant attendue du Gouvernement le 26 août dernier, place maintenant à l’investiture de cette équipe Ilunga Ilunkamba et ce, avant son entrée en fonction.

Comme au Mont Sinaï où Dieu Tout-Puissant avait remis à Moïse ‘’les dix commandements’’, des instructions claires ainsi que des appels à l’ordre sont aussi adressés au nouvel exécutif, afin qu’il ne tombe pas dans la mégestion. Outre les organisations de la société civile et forces vives de la nation qui, de part en part, convient ce Gouvernement au service de la nation et au respect de la Constitution, chaque autorité et/ou chaque camp politique prêche, en effet, les bonnes œuvres à ses poulains nommés dans l’équipe gouvernementale.

Déjà, de façon respective, le mardi 27 et le jeudi 29 août, le PPRD, à travers son secrétaire permanent Ramazani Shadary, ainsi que l’UDPS, via son président ad intérim Jean- Marc Kabund, présentant, chacun, leurs ministres à leurs bases respectives, ont aussi proféré des injonctions, en invitant ceux-ci à assumer de manière idoine leurs portefeuilles. Connu pour son discours direct et sans détours, Kabund-a-Kabund a convié les mandatés de l’Udps à éviter le népotisme, en favorisant la méritocratie, dans leurs diverses entreprises, pendant cette gouvernance.

Ce même exercice était réalisé par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui, au cours d’un échange le mercredi 28 août, a conscientisé ses ‘’acolytes’’ à servir les intérêts de la population. C’était aussi l’occasion pour lui de prendre les propositions de tout un chacun, dans le cadre de l’élaboration du discours-programme qui sera présenté, la semaine prochaine, en vue de l’investiture du Gouvernement à l’Assemblée nationale. Cette institution dont la présidente Jeanine Mabunda avait d’ores et déjà prévenu que le programme de la team Ilunga devra repondre aux aspirations des députés nationaux qui représentent le peuple congolais.

Et, le Président de la République, Félix Tshisekedi, depuis le Japon où il séjourne en marge de la 7ème édition de la Conférence internationale du Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD 2019), a réitéré sa confiance en ce nouvel exécutif qui recense plus de 70% de nouvelles figures. Ceci, avant de renchérir que la gestion des ministres sera jaugée à court et à long terme.

Prévenus et bénéficiant de tout un almanach d’orientations de leurs mandants, les membres de l’actuel Gouvernement n’ont pas droit à l’erreur, au risque de subir le courroux de la population ainsi que d’être recalés lors d’un remaniement, tels les croyants qui seront jetés au feu ardent, pour n’avoir pas respecté les commandements divins. D’ailleurs, la coalition Lamuka et la société civile, à l’image des diables, s’il faut le prendre métaphoriquement, suivent méticuleusement la situation politique, comme le fait Lucifer concernant la vie des chrétiens. In globo, ils n’hésiteront pas à dénoncer chaque aspérité, erreur ou faute dans le modus agendi de la res publica. Le respect de commandements est de rigueur.

La Pros.


Les plus lus