Le Mystère concernant le Gouvernement demeure et plus que tout, il semble être gargarisé par le gotha politique, essentiellement de la coalition FCC-CACH.

Ces deux plateformes qui non seulement ont traîné le pas dans les tractations sur la signature d’un accord, le format et même la clé de répartition de l’exécutif, mais aussi, font, de part en part, enfoncer le mystère dans l’harmonisation des listes de ministrables. C’est d’ailleurs sur cette question de listing que, dans les couloirs et officines de chaque camp politique, les énarques s’entre-tirent et s’entrelacent, tels des romains qui s’empoignèrent, dans le temps, et les loups qui s’entre-bouffent, jusqu’à ce jour, ne laissant dans leur combat que des grognements refroidissants. Le Front commun pour le Congo (FCC), nonobstant les 42 postes lui réservés dans l’équipe gouvernementale, se retrouve avec une multitude de figures à embrasser de façon ministérielle, dans la mesure où toutes sous-tendent avoir donné du sien dans la lutte. Toute chose étant égale par ailleurs, auprès de son voisin du Cap pour le Changement (CACH), c’est aussi du bis repetita. Au-delà de 23 ministères, les demandeurs sont incalculables, puisque tout celui qui a contribué même de loin dans la campagne de Félix Tshisekedi exige récompense. Le cas des mouvements citoyens et des associations des jeunes activistes qui ont dit leur râtelée quant à leur exclusion des négociations sur la formation du Gouvernement. Et, puisque rien n’est encore perdu, ils exigent d’être embarqués. Quoique certains considèrent ces revendications comme une tempête dans un verre d’eau, il va sans dire que le nombre des frustrés sera exponentiel. Ainsi, ce Gouvernement de 65 ministères établi comme le plus éléphantesque de l’histoire de la RD. Congo s’accointerait à la réalité des romains à l’époque de Jules César quand tout le monde, que ce soit dans l’arène, dans le tribunal ou même dans le marché vociférait : « Timeo danaos et dona ferentes » traduisez «Je crains les Grecs même lorsqu’ils font des cadeaux». En tout, difficile sinon impossible de déterminer qui du FCC ou du CACH représente les Grecs. Toutefois, ce cadeau, bien qu’éléphantesque pour satisfaire les égos, semble empoisonné, étant donné qu’il porte les germes des dissensions, au regard de mécontentements qui vont suivre. Déjà, le Successeur du ‘’Saint Brutshi’’ débute les consultations proprement dites ce mercredi. Il est prévu qu’il reçoive dans cette foulée Jean-Marc Kabund de CACH et Néhémie Mwilanya du FCC, avant de consulter, de part en part, les différents regroupements politiques ainsi que les forces vives de la nation composées des délégations des confessions religieuses, des jeunes, des femmes, des personnes invalides, etc. Sans être pessimiste mais plutôt réaliste, les frustrations se trouvant sur les paillassons de chaque famille politique pourraient franchir le rubicond, après ces consultations. Que l’on soit nommé ou non, l’important est de digérer ses émotions car, la politique, comme d’aucuns le savent, a toujours été source des couleurs et des couleuvres.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout