Dernières publications

Tout commun des mortels connaît véritablement Pepsi-Cola et Coca-cola. Quoique différentes par leur dénomination, ces boissons détiennent une ressemblance gustative très étroite, à tel point qu’il est difficile de les différencier en les buvant les yeux fermés.

Cette réalité de Pepsi et Coca s’identifierait aujourd’hui en RD. Congo où le Changement tant attendu ne s’approche, ni se rapproche. Et, tout semble comme avant. Car, malgré l’alternance pacifique du 24 janvier 2019 qui augurait une certaine rupture, l’impression de stagnation demeure. Il y aurait grésillement de la machine qui conduirait audit changement. Sept mois se sont écoulés depuis cette entrée en fonction de Félix Tshisekedi au pouvoir, mais le pays est toujours en manque du Gouvernement. Certaines opinions sous-tendent un dilettantisme et laxisme dans le modus agendi du nouveau régime. Surtout qu’après plusieurs mois des tractations, c’est simplement le lundi 29 juillet qu’un accord de coalition FCC-CACH a été officialisé, sacralisant ainsi la fin des négociations sur la formation de l’équipe gouvernementale. Et, le Premier Ministre nommé le 20 mai s’est, de son côté, lancé dans les consultations. Ce qui ralentirait aussi le processus de la publication de cette team Ilunga Ilunkamba. Celui-ci qui, d’ailleurs, s’est entretenu le samedi 2 août avec Bahati Lukwebo. Ce dernier n’abdique pas et exige 4 postes et ce, quoique radié du FCC et en position de subir un procès d’invalidation par Steve Mbikayi, lors de l’ouverture de la prochaine session parlementaire. Entre temps, ces 65 postes ministériels qui constitueront l’essentiel du prochain exécutif semblent ouvrir les alvéoles du barillet des guéguerres au sein du duo FCC-CACH. Du côté de la plateforme pro-Kabila, tout le monde s’estime ministrable et tient à être embarqué dans le navire. Même cas de figure du côté de pro-Tshisekedi. Déjà, au FCC, une réglementation voudrait que soient ministrables les membres de regroupements politiques comptant à partir de huit élus. Au CACH aussi, l’UNC de Vital Kamerhe, l’allié de Félix Tshisekedi, chercherait à avoir une grande part dans cette équipe qui, d’ores et déjà, est scindée en plusieurs morceaux telle la pizza du Célèbre McDonald aux Etats-Unis d’Amérique. Au-delà de tout, il va sans dire qu’il y aura beaucoup de mécontents. La question est donc d’accélérer le processus. Bruno Tshibala, Premier ministre démissionnaire, attend depuis plus de deux mois pour remettre la clé de la primature à Sylvestre Ilunga qui, de son côté, attend toujours d’être investi. Cerise sur le gâteau, grève et manifestations sont sans précédents. Les magistrats par exemple ont fait résonner leur cloche des mécontentements et le Comité Laïc de Coordination (CLC) menace de reprendre le chemin de la rue s’il n’y a pas des réformes. In globo, le pays tournicote dans un cercle vicieux, un peu comme si l’on a simplement changé de chauffeur sans pour autant changer de véhicule. Il faut faire mieux et quitter cette ressemblance de régime à la ‘’Pepsi vs Coca’’.

La Pros.

 


Les plus lus