Dernières publications

Assez ! La voix ressuscitée du Héros national Lumumba et ses coéquipiers-martyrs, six décennies depuis l’accession du Congo Kinshasa à sa souveraineté nationale, plaide pour la fin du cycle infernal dans la gestion de la Res publica.

Il faut devoir léguer, sans excuse, à la postérité, un Congo uni, fort et prospère où le lait et le miel doivent être à la portée de chaque travailleur public et privé, du sommet à la base de la pyramide inversée. C’est le moment. L’avènement d’un système nouveau s’avère indispensable. Il est question ici que l’ouf de soulagement vécu, le 24 janvier 2019, lors de la double cérémonie de prestation de serment et de l’investiture de Félix Antoine Tshisekedi se traduise en réalité. Oui. Et que in aeternum, la caste des privilégiés se dissolve dans l’océan de la mutation prônée par l’ambitieux programme de l’Udps dont il faut assurer la mise en application réelle. Il va, en effet, sans dire que la classe politique est exhortée, en dehors du carcan d’approches politiques, du reste distinctes, à s’approprier cette révolution de bon aloi qui reste une feuille de route sine qua none pour sauver la postérité et plus de 80 millions d’âmes. A bas toutes les incantations pour un Congo sans lendemain où les poissons meurent de vieillesse ; les terres arables, pourtant, aux potentiels incommensurables logent les seuls marabouts et chasseurs d’antilopes ; où la méritocratie et les valeurs n’ont pas de place. Que s’impose, à présent, l’Etat de droit où nul crime ne restera impuni et où la politique devra être au service du plus grand nombre. Il est vrai que le combat se veut assurément rude. En tout état de cause, il est certes déjà amorcé par l’ancien opposant congolais aujourd’hui au volant des institutions congolaises. Cette bataille consiste, clairement, à mettre fin à la corruption et à l’impunité. Faire appliquer les lois existantes et promouvoir une société juste. Ejecter toute mauvaise semence du cercle des décideurs patentés. Changer l’homme congolais et lui donner la place prioritaire, conformément au credo de Feu Tshisekedi père et les pairs de l’indépendance nationale. Félix Tshisekedi qui, présentement, séjourne au pays de Macky Sall au Sénégal depuis hier, lundi, avant de s’envoler ce soir vers le pays de l’Uncle Sam, à New York, n’oubliera pas d’en être conscient en marge des concessions de tout acabit, avec différents amis de la RD. Congo. Que ce soit en matière de la diplomatie comme d’accords politiques, à l’interne. De ce fait, il devra mettre à l’avant-plan la ‘’base’’, entendez désormais le Congo et ses vaillantes populations. Idem lorsqu’il s’agira, à très bientôt, de faire éclater la fumée blanche tant attendue autour du prochain gouvernement de coalition. Encore faudra-t-il qu’il s’entoure des Ministres qui reflètent la volonté du souverain primaire, loin d’ignorer les contraintes de la géopolitique. Ainsi, dans sa sagesse de Père spirituel, Mgr Ambongo Fridolin plaide-t-il, à haute et intelligible voix, pour l’intégration des opposants d’hier, dont Fayulu et ses colistiers du team Genève, dans ladite équipe gouvernementale.

La Pros.


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout