Dernières publications

Solitaire ! Tel est l’adjectif qui traduit, manifestement, l’agir actuel du Président de la République. Ce, dans la mesure où il est appelé, dans l’exercice de ses fonctions, en attendant la finalisation de l’architecture institutionnelle, à décider sur les questions cruciales de la vie de la nation.

Et, pour se libérer, ou mieux se décharger, Félix Tshisekedi devra choisir ses collaborateurs, à tous les échelons de l’appareil étatique, pour mener à bien le mandat lui confié par le peuple. Mais, avec qui devra-t-il diriger le pays ? C’est là la véritable équation à plusieurs inconnus, étant donné les synopsis nés des dernières élections sénatoriales qui ont secoué le partenariat entre le FCC et Cach.
A point nommé, le Front Commun pour le Congo, considéré comme la majoritaire parlementaire, devrait dûment bénéficier de la Primature. Entre le respect du deal prêché par le camp Kabila et l’honorabilité de certains préceptes ‘’udpsiens’’ du ‘’peuple d’abord’’ auxquels cramponne la caste Tshisekedi, il est jusque-là difficile de couper la poire en deux et trouver le juste milieu. In globo, les violons ne s’accordent pas principalement dans la composition du Gouvernement et la cacophonie s’installe peu à peu. Les bruits des couloirs, qui ressortent quelques fois les vérités cachées, renseignent déjà que Félix Tshisekedi chercherait plus du sang neuf en lieu et place des vieux caciques, qui constituent les think tank FCC, mais honnis par le peuple qu’ils ont chosifié des années durant. Une manière pour Fatshi d’embrasser l’assentiment de la majorité de la population qui, jusqu’à ce jour, fustige le modus faciendi de l’ancien régime. Dans cette foulée, plusieurs protagonistes et observateurs de la politique congolaise redoute mordicus cette idée même de la coalition. Après Emmanuel Macron qui a recommandé au nouveau Chef de l’Etat congolais de prendre son indépendance vis-à-vis de son prédécesseur Kabila, la CENCO via son Vice-président Mgr Fridolin Ambongo s’inscrit dans la même ligne droite. L’Archevêque métropolitain de la ville de Kinshasa a invité Tshisekedi à se rattacher à ses compagnons de lutte dans l’opposition notamment, Katumbi, Bemba et Fayulu. Celui-ci a entériné son opinion en appelant la communauté internationale, spécialement la France et les Etats-Unis, de protéger ce fils sorti des entrailles de l’Udps et ce, tout en affaiblissant l’ex-Président qui serait le tireur des ficelles. Demeurer dans le fondement de la coalition FCC-CACH, conformément au deal signé sous seing privé ou harmoniser les vues avec ses anciens homologues de l’opposition, en l’occurrence Lamuka, tel est le choix cornélien de ‘’Fatshi’’. Que devra-t-il faire. Le Gouvernement tarde,...le suspens demeure.

La Pros.

 


Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout