La politique est par essence dynamique. Tout passe, tout coule, comme le disait si bien Héraclite, l’un des grands penseurs de l’histoire mondiale.

A la plateforme Ensemble pour le Changement, les partis et regroupements qui, autrefois, avaient pris à bras-le-corps, la candidature recalée de Moïse Katumbi Chapwe, cette leçon est bien comprise, au regard de l’évolution politique de la RD. Congo, après les élections du 30 décembre 2018.
Depuis hier, en effet, Ensemble pour le Changement a levé toute équivoque sur la question épineuse de sa position face à Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et à l’impérium qu’il détient.
Après analyse, Ensemble pour le Changement constate que nonobstant toutes les observations et irrégularités constatées, la CENI l’avait proclamé, le 10 janvier 2019. Puis, la Cour Constitutionnelle, statuant en premier et dernier ressort, l’avait confirmé, le 20 janvier 2019 avant de l’investir en tant que Président de la République, le 24 janvier 2019.
A ce jour, Ensemble pour le Changement le reconnaît, de facto. Si bien qu’il l’invite à s’assumer pleinement et à jouer le rôle dévolu à tout Président de la République.
Ici, Ensemble pour le Changement le prend au mot et le soumet au test. D’abord, sur la question de la libération des prisonniers politiques et du retour des exilés. Puis, sur toutes les autres questions fondamentalement liées à la normalisation de la vie politique nationale. Les affaires des droits de l’homme, de la répression des manifestations publiques, de la réactivation des médias proches de l’Opposition devraient, dans cette kyrielle de mesures à mettre en œuvre, figurer en tête des priorités.
Au fait, Ensemble pour le Changement, loin de tendre un piège à Félix, tient, plutôt, mordicus à s’assurer de sa capacité à trouver des solutions idoines à la grave crise de légitimité qui, si souvent, a été à l’origine de toutes les guerres fratricides et des affrontements meurtriers.
D’où, l’appel aux signaux forts et la quintessence de son virage vers l’appel pressant lancé à Félix Tshisekedi à ne point trahir le serment, ni à se détourner du combat pour l’avènement de la démocratie et l’amélioration des conditions de vie sociale des congolais mené, depuis plusieurs décennies, par Etienne Tshisekedi dont le corps inanimé n’a jamais été inhumé, les pères de l’indépendance ainsi que par tous les héros. ‘’Real politik. Langage de fermeté’’, rappelle-t-on, Ensemble pour le Changement se veut, décidément, comme la première force de l’Opposition avec ses 66 Députés Nationaux et 97 Députés Provinciaux. A Lamuka, une évaluation annoncée pour très bientôt, en tirera toutes les conséquences. Et, même-là, il faudra encore travailler sérieusement sur l’autre face de Fayulu, celle du réalisme, pour l’amener à s’inscrire autrement dans cette nouvelle percée de l’Opposition contre Félix.

LPM


Les plus lus