Dernières publications

A l’occasion du 34ème anniversaire de la disparition de Cheikh Anta Diop, l’auteur de la théorie de l’antériorité de la civilisation africaine, Afrosophia et Carrefour Congo Culture ont organisé un festival de la pensée et de l’action le vendredi 7 février 2020, dans la salle de spectacles Showbuzz, à Kinshasa.

Un seul intervenant, le professeur Henri Mova Sakanyi qui a décortiqué pendant près de 5 heures les idées de deux géants de la pensée à savoir, Frantz Fanon et Malcom X autour d’une «Double plongée dans l’histoire», thème choisi pour cette année. Ce fut un grand moment d’échange intellectuel à l’honneur de ce grand penseur panafricaniste qu’était Cheikh Anta Diop.
Célèbre historien, anthropologue et homme politique sénégalais, il a surtout été un précurseur dans sa volonté d’écrire l’histoire africaine précédant la colonisation.
Ainsi, au cours de cet après-midi scientifique lui réservé, la crème intellectuelle congolaise a rendu hommage à Frantz Fanon et Malcom X.

Généralement, les idées d’un seul auteur sont explorées au cours de cette journée de commémoration. Spécialement pour cette année, deux auteurs ont été scientifiquement dégarnis de leurs écorces, plongeant les participants dans l’eau deux fois, comme à la fontaine de jouvence. ‘’Nous sommes entré une première fois, nous sommes ressortis avec une pêche miraculeuse des idées de Frantz Fanon. Nous sommes retombés dans l’eau pour reprendre cette fois-ci les idées de Malcom X‘’, a souligné Henri Mova qui se dit heureux de voir que les activités intellectuelles mobilisent aussi autant que les autres activités culturelles. ‘’Je suis heureux et même comblé de voir que les jeunes continuent à avoir de l’enthousiasme par rapport aux discussions intellectuelles‘’, a-t-il fait savoir.

Brasser les intelligences
A l’instar d’éminents penseurs africains et mondiaux, Henri Mova a exhorté la jeunesse congolaise à apprendre davantage sur l’histoire. Possibilité qui leur est notamment offerte à travers AFROSOPHIA et CARREFOUR CONGO CULTURE pour que la connaissance soit partagée, que les intelligences puissent se brasser, se malaxer et s’entrechoquer car c’est du choc des idées que jaillit la lumière, dit-on.
A travers une cette double plongée dans l’histoire, le professeur et Député national Henri Mova a fait une rétrospection dans l’histoire ‘’justement pour lancer un appel à ce que nous puissions relire la nôtre de deux manières. En prenant la première porte Frantz Fanon, la deuxième porte Malcom X pour voir ce que ces deux géants de la pensée nous ont produit‘’.

L’objectif étant de pérenniser la confiance de l’africain en lui-même en répondant au mot d’ordre de Cheik Anta Diop. ‘’C’est-à-dire que les jeunes africains puissent être armés de science jusqu’aux dents. Et je suis tout heureux de constater qu’effectivement des jeunes congolais ne soient pas très dépaysés par rapport à ces idées là et ils les mettent sur la table, en discutent. Ils ne les acceptent pas bêtement mais les soumettent à la critique intellectuelle‘’, a fait savoir Henri Mova dont le grand oral s’est soldé par une série de questions-réponses.
Après ce débat intellectuel, principalement avec les jeunes, il a bon espoir d’avoir provoqué quelque chose en eux et qu’ils vont aller prolonger la réflexion, la discussion et qu’ils soient aussi demain des grands orateurs et grand penseurs pour que l’Afrique qui a besoin de leur apport puisse s’en tirer.

Notons que Frantz Fanon est né en 1925 à Fort-de-France (Martinique). Ce penseur, intellectuel, médecin, écrivain, défenseur des opprimés à travers le monde, combattant de la liberté, a été un adepte des idées et des actions proposant aux noirs de «marcher tout le temps, la nuit et le jour», afin de sortir de la grande nuit, surgir, émerger, renaître et se libérer.

Pour sa part, Malcom X né la même année que Frantz Fanon (comme Lumumba d'ailleurs) mais aux États-Unis, est un leader né. Par le simple fait qu'il a mené le peuple et suivi dans les préceptes qu'il a édictés. Ses ouailles lui obéissent et lui sont soumises jusqu’au sacrifice suprême.

Boris Luviya

 

Les plus lus