Dernières publications

L’un des ténors de l’histoire de la musique congolaise a, de son vivant, été reconnu à sa juste valeur. Né le 19 février 1949, Joseph Londa Kiambukuta alias Josky Kiambukuta a célébré un double anniversaire : 70 ans d’âge et 50 ans de carrière musicale le samedi 23 novembre 2019 à l’espace ‘’Chez Ntemba’’ à la commune de la Gombe.

Alors qu’elle est au four et au moulin dans les préparatifs de son prochain album « Confirmation », le deuxième de sa carrière solo après « Target » et toujours à l’idée de faire plaisir aux mélomanes, l’artiste à la voix mélancolique et douce, à l’image de son idole la sœur Marie Misamu d’heureuse mémoire, Tatiana Kruz, c’est d’elle qu’il s’agit, lors d’un entretien accordé au quotidien La Prospérité affirme ‘’avoir reçu l’autorisation préalable auprès de la fille de Marie Misamu et du grand-frère de l’illustre disparue depuis trois ans’’, pour porter haut le nom de cette chanteuse chrétienne auteur-compositrice de la chanson «Deux Saisons», qui a fait le bonheur de tout un peuple.

C’est un évènement signé l’ONG « OSPIH » pour soutenir les enfants, victimes du VIH, pendant les périodes de fêtes de fin d’année. Décembre, mois de partage s’annonce, donc, fracassant avec le chanteur –humoriste congolais Jean Goubald KALALA, qui va se produire sur scène, exclusivement pour les enfants séropositifs à Kinshasa.

C’était au cours d’une conférence de presse tenue le vendredi dernier, au centre culturel Awart, situé dans la commune de Bandalungwa, au quartier Moulaert que l’artiste musicienne Chrétienne, Cianda Bakajika a annoncé au public la sortie officielle de son nouvel album intitulé «Njila Wa Lupandu», en langue Luba, qui signifie «Le chemin du salut».

C’est un évènement signé l’ONG « OSPIH » pour soutenir les enfants, victimes du VIH, pendant les périodes de fêtes de fin d’année. Décembre, mois de partage s’annonce, donc, fracassant avec le chanteur –humoriste congolais Jean Goubald KALALA, qui va se produire sur scène, exclusivement pour les enfants séropositifs à Kinshasa.

Absence d’une industrie musicale, dépravation des mœurs dans certaines chansons, mauvaise politique de gestion et répartition des droits d’auteur, manque d’infrastructures culturelles adéquates, piraterie des œuvres artistiques, pas de statut juridique pour l’artiste et l’opérateur culturel, clivage entre les acteurs, pas de spectacles de musiciens congolais en Europe…

La disparition, le dimanche 13 octobre 2019, du jeune animateur Nono Chaka, musicien de l’orchestre ‘’Cultur’A Pays Vie’’ de l’artiste musicien Félix Wazekwa, a fait bouger les amoureux de la danse et spécialement les jeunes de son quartier, dans la commune de N’djili. Ces derniers, dénonçant une mort mystérieuse de l’artiste, ont incendié la maison familiale du défunt, soulignant que les membres de sa famille seraient derrière ce décès.

12 octobre 1989 – 12 octobre 2019, 30 ans jour pour jour depuis que l’artiste musicien L’Okanga La Ndjo Pene Luambo Luanzo Makiadi dit Franco de mi amor, a tiré sa révérence aux cliniques de l’Université catholique de Louvain à Mont Godinne, en Belgique. A Kinshasa la capitale, plusieurs personnes parlent d’une icône de la musique congolaise, d’autre d’un artiste irremplaçable.

Elle s’appelle Mid’Amour. A quelques semaines de la sortie de son nouvel album « Mindondo », la jeune chanteuse kinoise a été arrêtée, le week-end dernier, à son lieu de répétition (bar Air Ways), dans la commune de Mont-Ngafula à Kinshasa pour nuisance sonore et coups et blessure à l’endroit du bourgmestre intérimaire de ladite entité, Tryphon Wobin.

Les plus lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tout