Pour la première fois dans l’histoire, la République Démocratique du Congo abrite la « Biennale du Congo ». Kinshasa est la Ville retenue pour l’organisation de ce grand festival international qui se déroulera du 20 octobre au 21 novembre 2019, dans différents sites de la Capitale congolaise.

Initiée par Kin Art Studio, «Young Congo Biennale » se veut être une rencontre culturelle et artistique de proximité au cours de laquelle la population de Kinshasa ne se limitera pas qu’à contempler les œuvres –d’art. Elle jouera également le rôle des spectateurs actifs. L’esprit est de pousser cette population à développer la culture d’aimer et consommer les beaux-arts.
Cette bonne nouvelle a été révélée par son comité organisateur, le mardi 8 octobre 2019, au cours d’une conférence de presse tenue à l’espace « Texas Bilembo » à Kinshasa.

Pour l’artiste Vitshois MWILAMBWE BONDO, « Youg Congo Biennale » est un festival international d’art contemporain dédié à la création congolaise, africaine et internationale.
Il s’agit à l’origine d’une exposition annuelle consacrée aux jeunes artistes congolais connus et autres génies en herbe dont le travail se distingue par son originalité et sa contemporanéité.

Au total, 54 créateurs venus de cinq continents sont attendus à cette première édition 2019 qui est dédiée aux arts visuels (peinture, design, art graphique, la performance…). Le festival aura également une nouvelle approche curatoriale en incluant d’autres médias d’art contemporain, y compris l’art numérique, sculpture, cinéma…) et tant d’autres œuvres.
Il faut souligner que la moitié des artistes qui vont y prester seront de la RDC et de sa diaspora. L’idéal est de soutenir et promouvoir la création congolaise contemporaine de la jeune génération.
‘‘A l’instar de ceux qui évoluent à Kinshasa, « Congo Biennale » est ouvert à tout le monde. Il y aura, à cet effet, la participation des artistes de provinces (Bukavu, Goma, Lubumbashi, Kisangani, Kongo Central, Maniema…’’, a renchéri le Directeur artistique et Exécutif du projet.

Un festival consacré à l’histoire du Congo
Pour donner la quintessence à ce festival, l’organisation a opté pour le thème « Transition » sur lequel les artistes et curateurs vont s’y atteler pour réfléchir sur l’histoire politique de la RD Congo, partant de la Conférence de Berlin en 1885.
«Il ne s’agit pas ici de raconter l’histoire traditionnelle du pays mais plutôt du dialogue artistique autour du thème. Echanger sur l’évolution de son art», a précisé Vitshois MWILAMBWE.
Cependant, tout un programme d’activité notamment, en rapport avec l’art et l’éducation, a été établi pour rendre encore attrayant cette première édition de « Congo Biennale » à Kinshasa. Il sera question d’offrir aux enfants l’occasion de dialoguer également avec l’art dans les écoles.

Le comité organisateur a pris toutes les dispositions possibles pour réussir ce rendez-vous culturel qui mettra la RDC encore une fois sur les coups de projecteur international.
Sous d’autres cieux, la Biennale est une affaire de l’Etat à travers son ministère de la Culture. Malheureusement, en RDC, cet évènement est considéré jusqu’à preuve du contraire comme une affaire d’individus.
Il est fort regrettable de constater que « Congo Biennale 2019 » n’a pas bénéficié d’un quelconque soutien de la part du Gouvernement congolais. Toutes les démarches menées pour intéresser et démontrer aux autorités le bien-fondé d’accueillir cette rencontre internationale sont restées vaines.

«Après un grand travail en coulisse, l’heure est venue pour nous d’organiser Congo Biennale avec ou sans l’appui du gouvernement. Ceux qui pensent que la culture ne mérite pas leur soutien, comprendront plus tard. Nous nous avançons dans le bon pour défendre notre richesse culturelle et artistique dans toute sa diversité. Avec cette réalité, on n’a même pas besoin d’avoir une autorisation pour l’organiser parce que l’Etat congolais nous déçoit toujours», a déclaré le Responsable de Kin Art Studio.

Et pourtant, organiser un évènement biennal dans un pays comme la RDC est très important compte tenu de sa position au cœur de l’Afrique. Les artistes sont un grand potentiel pour l’avenir du continent. Car, ils sont capables d’offrir de l’espoir et réalisent leurs rêves en ouvrant un passage phycologique sur l’avenir.

Jordache Diala

Les plus lus