Dernières publications

Flash

Dans le cadre de l’opération ‘’Kin Bopeto’’, le Ministre provincial de l’environnement, Didier Tenge Litho, s’était déployé le samedi 13 juillet dans le District de Tshangu.

Il a commencé sa procession par le boulevard Kimbuta dans la commune de N’Djili, avant d’entamer toutes les ruelles de cette municipalité. La raison majeure de cette descente était scindée à plusieurs volets. Ce qu’il faut retenir, il a recommandé aux habitants de la Tshangu à pouvoir se conformer à la vision du Gouverneur Gentiny Ngobila, pour rendre la capitale plus salubre. Il a également promis la fermeture de quelques bars qui ne respecteront pas les nouvelles décisions à propos des heures d’ouverture et fermeture.
Gants aux mains, comme il le faisait dans la commune de Kintambo où il a assumé pendant quelques années les fonctions de bourgmestre, le ministre Tenge Litho, après un état des lieux sur la salubrité de la Tshangu, n’a pas hésité de sauter dans des caniveaux pour évacuer des immondices.

Marchant dans les différentes avenues qui traversent le district de la Tshangu, Tenge Litho Didier s’est entretenu avec les photographes, les vendeurs, gérants de bars ainsi que plusieurs autres quidams, dans le sens de les appeler à maintenir propre leurs environnements. «Je vous conjure d’assainir nos milieux pour éviter plusieurs maladies dont le vecteur est l’insalubrité à savoir, la malaria, la typhoïde, chikungunya », a-t-il placé.
Accompagné des autres agents de l’Etat, ils sont passés à la chasse de tous les vendeurs qui ont transformé les ruelles à des marchés pirates. Ils ont en même temps procédé à la fermeture de plusieurs terrasses et à l’évacuation des déchets parsemés ça et là dans les ruelles.

Surnommé par la population ‘’vaillant homme’’, Didier Tenge Litho, rappelant ses exigences à la population du coin, a promis de revenir dans une semaine pour constater la faisabilité de l’opération ‘’Kin Bopeto’’. «Nous reviendrons pour marteler encore sur l’insalubrité, les tapages nocturnes et diurnes ainsi que le phénomène Kuluna», a-t-il renchéri.

Pour rappel, le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila, l’acteur principal de cette vision avait remis à tous les bourgmestres de 24 communes une somme de 16 millions de Francs congolais, en vue de matérialiser son programme quinquennal. Dans cette optique, les numéros Un de chaque municipalité avaient tout bonnement lancé les opérations de salubrité la semaine dernière.

Glody Luedi


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.