Dernières publications

Flash

Dans une note explicative adressée au Vice-ministre des Finances, Junior Mata, l’Expert en Finances Publiques, Stanis Miteko, a demandé au Président de la République Félix Antoine Tshisekedi, la responsabilité d’opérationnaliser le régime répressif en matière fiscale au niveau de l’administration fiscale et des Cours et Tribunaux au service du Trésor Public.

Les jeunes réunis au sein des clubs de paix de Goma, Uvira, Katana, Bukavu, Rutshuru, Masisi, Kinshasa et Kongo Central ont émis le vœu de voir la MONUSCO déployer une véritable pédagogie vis-à-vis des groupes des jeunes leaders communautaires, afin que ceux-ci saisissent le travail qu’elle réalise sur terrain en vue de restituer aux communautés.

Paul Sabatine, le Directeur de Mission de l’USAID et le Ministre congolais de la Coopération internationale, Guillaume Manjolo, ont signé, ce jeudi 21 novembre 2019, un accord pour l’octroi de 600 millions USD supplémentaires d’aide au développement des Etats-Unis à la RDC d’ici 2022.

Le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba a reçu en audience ce jeudi 21 novembre 2019 à la Primature, la délégation de l’entreprise minière IVANHOE MINES venue lui soumettre l’évolution de leurs projets d’exploitation du cuivre et du cobalt dans les gisements de KAMOWA KAKULA, au Lualaba et à KIPUSHI dans le Haut-Katanga.

C’est depuis hier, mercredi 20 novembre 2019, que le projet de loi de finances exercice 2020 a été déclaré recevable par les Députés nationaux et renvoyé à la commission économique et financière de la Chambre basse du parlement, après la réplique de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, chef de l’exécutif.

RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.