Dernières publications

Flash

A l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la session extraordinaire le lundi 19 août à l’Assemblée nationale par la présidente Jeanine Mabunda Lioko, Guy Mafuta, député national élu du PPRD, à Tshikapa, dans la province du Kasaï, a montré sa préoccupation sur la situation de l’insécurité et de la maladie à virus Ebola qui sévissent dans cette partie du pays. Il a noté que tout congolais doit être mobilisé concernant ce problème à l’Est car, la RD. Congo forme un tout.

Quelque huit mois seulement  après son  revers récolté  à la Présidentielle du 30 décembre 2018, revoici Gabriel Mokia Mandembo sur l’agora politique. Ici,  il a décidé de   briser  l’omerta autour de tractations en cours sur la formation du prochain gouvernement. Loin de remettre en cause  toutes les négociations  engagées  entre  la coalition FCC-CACH, le Président  du Mouvement des Démocrates du  Congolais, MCDO en sigle, exige, néanmoins, la participation de l’Opposition politique au sein de l’équipe Ilunga Ilunkamba.

‘’Si nous sommes allés en politique, ce n’est pas parce que nous envions les Députés, non. C’est parce que nous avons voulu avoir une qualité officielle d’être le représentant du peuple et de plaider sa cause auprès des autorités compétentes‘’. Eliezer Ntambwe est plus déterminé que jamais à défendre les intérêts du peuple congolais au cours de la présente législature.

«Je déclare donc ouverte la Session extraordinaire d’août 2019». Voilà, ce qu’aura été la grande annonce faite hier, lundi 19 août 2019, par Madame Jeanine Mabunda Lioko, Présidente de l’Assemblée nationale, en marge de son discours solennel ouvrant les travaux de la Session extraordinaire.

Préambule

La gestion de la République Démocratique du Congo a souffert des hommes capables de la hisser dans le concert des nations. Depuis la deuxième République, la population s’est toujours plainte de l’insuffisance des résultats. La plupart des politiques et mandataires s’étaient distingués dans la gabegie financière, dans la corruption ainsi que dans la démagogie.

Caractérisée par l’instabilité politique et l’insécurité sociale au pays, la vie du peuple congolais ressemble actuellement à celle de gestion d’un verre à moitié vide ou à moitié plein pour lequel il faudra déjà prendre positivement ou négativement position dès maintenant, afin de chercher à aboutir à un jugement fondé du bilan que nous présenterait le 5ème Président de la RD. Congo. Un bilan qui traduirait la vision tirée du testament «le peuple d’abord ».

Décidemment, la proposition de loi sur la révision Constitutionnelle initiée par le parti politique ‘’Envol’’ du Député national Delly Sessanga, déposée respectivement, à l’Assemblée nationale et au Sénat, hier lundi 19 août 2019, s’inscrit dans la direction d’apporter quelques améliorations sur la présente Constitution qui, au fil du temps, a su révéler au grand jour certaines de ses limites.

Déterminé à servir son pays et à œuvrer pour sa prospérité et son développement, le Sénateur Guy Loando Mboyo s’implique dans l’assainissement de la ville-province de Kinshasa. Son sérieux et son caractère travailleur sont une gage qui rassure que désormais la Capitale RD. Congolaise se revêtira de sa plus belle robe.

RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.