Dernières publications

Flash

Après Nangaa, Basengezi ou encore Luamba sanctionnés en début de cette année 2019, les Etats-Unis d’Amérique, à travers son Bureau de contrôle des avoirs étrangers, a frappé, cette fois-ci, des sanctions Musa Baluku, chef de file des ADF, ainsi que cinq autres rebelles clés, membres de ce groupe armé terroriste qui commet de graves exactions dans la partie Est du pays, causant des dizaines des morts chaque mois.

*La journée internationale de lutte contre la corruption est célébrée le 9 décembre de chaque année. A cette occasion, le Vice-premier ministre, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Célestin Tunda ya Kasende est monté au créneau, dans un message radiotélévisé, pour décrier l’un des fléaux qui ne cesse de gangrener la République Démocratique du Congo.

Le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo a participé, dans la matinée du lundi 9 décembre 2019, au 9ème sommet des Chefs d’Etat de l’Afrique Caraïbes pacifiques au Centre International de conférence ‘’Jomo Kenyatta à Nairobi, capitale du Kenya.

Dimanche 8 décembre, au cours d’un culte d’actions de grâce organisé à la Cathédrale du Centenaire par le Ministère des Laïcs Protestants en l’honneur des personnalités politiques de l’Eglise du Christ Au Congo, le Révérend André Bokundoa a invité ces derniers, qu’ils soient ministres, députés, sénateurs ou mandataires, à travailler dans le sens de concourir à un véritable changement voulu par le peuple congolais.

Deux membres du Gouvernement Ilunga Ilunkamba ont participé activement à la plénière d’hier, mardi 10 décembre 2019, à l’Assemblée nationale. Le Ministre du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa et son collègue des Finances, José Sele Yalaghuli, ont, à tour de rôle, présenté le bien-fondé de la ratification desdits projets de loi qui ont été soumis au débat par l’assemblée plénière.

Vu l’urgence liée principalement à l’adresse sur l’Etat de la nation du Président de la République, d’ici la fin de la session ordinaire de septembre prévue pour le 15 décembre prochain, le Parlement s’est réuni en congrès, vendredi 6 décembre dernier, en vue d’examiner et adopter le projet du règlement intérieur.

Après avoir gagné l’assentiment des députés qui ont, d’abord, déclaré recevable, puis adopté, à la majorité absolue, le projet de loi de finances exercice 2020, sous réserve de quelques recommandations formulées par la Commission Ecofin, le Premier ministre Sylvestre Ilunga va devoir, cette fois-ci, conquérir le Sénat où sera examiné, ce mardi 10 décembre, en seconde lecture, ce texte de loi dont le budget est évalué à hauteur de 16.895,8 milliards FC, soit près de 10 milliards de dollars américains.

*Durant trois jours, les participants aux travaux du premier Forum National sur la Formation Professionnelle en République Démocratique du Congo ont formulé plusieurs recommandations dont la principale est l’élaboration et la signature d'un Pacte National pour la Formation Professionnelle (PANAFOP).

RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.