Dernières publications

Flash

Dans le souci d’atteindre efficacement ses objectifs basés sur trois résultats transformateurs, à savoir : zéro décès maternel évitable, zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale et zéro violence basée sur le genre, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a organisé, du mercredi 13 au jeudi 14 novembre 2019, à Roméo Golf situé dans la commune de la Gombe, à Kinshasa, un atelier d’échange avec le Réseau des Journalistes pour la Santé Sexuelle et Reproductive (RJSSR).

Sous la férule du Ministre d’Etat au Commerce extérieur, Jean- Lucien Bussa Tongba, un atelier de validation a été organisé, du mercredi 13 à ce jeudi 14 novembre, autour de la mise à jour de l’Etude diagnostique sur l’intégration du commerce (EDIC) révisée de la République démocratique du Congo.

Après la primature où il a été reçu par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunga, le gouverneur du Kasaï Oriental, Jean Maweja, s’est aussi entretenu ce jeudi 14 novembre avec le Vice-premier ministre de Budget, Jean Baudoin Mayo Mambeke, autour de la problématique de pénurie de maïs dans cette province.

*Le chef de l’État, Félix Tshisekedi est arrivé à Berlin, en Allemagne, ce jeudi 14 novembre 2019 pour une visite de travail de 72 heures. Aussitôt après son accueil avec honneurs militaires à l'aéroport de Berlin, le Président de la République a été reçu au Bundestag, le parlement allemand, par son président Wolfgang schäuble. Ce tête-à-tête de près 20 minutes a permis aux deux personnalités d’évoquer les questions d'intérêt commun entre l’Allemagne et la RDC. Toujours au Bundestag, à l'initiative de la Fondation Frietrich Ebert, le chef de l’Etat a été reçu par les parlementaires Allemands du groupe d’amitié germano-africain. Devant ses interlocuteurs, Tshisekedi Tshilombo a développé sa vision pour le Congo, l’Afrique et le reste du monde, dans le cadre d’un partenariat mutuellement avantageux.

Le Président de République a rencontré en fin d’après-midi les hommes d’affaires allemands très intéressés par l’énorme potentiel d’investissement en RDC.
Félix Tshisekedi a échangé sur sa vision pour le développement du Congo avec les membres de la Fédération de l’Industrie Allemande BDI et de la Fédération des Chambres de Commerce et d'Industries Allemandes DIHK. BDI est la plus grande association industrielle d'Allemagne, elle est le porte-parole de l'Industrie allemande. La DIHK regroupe 79 chambres de commerce et d'industrie et représente ainsi 3,5 millions d'entreprises. Au cours d’un dîner d’Affaires, le Chef de l’Etat a échangé avec les membres de l’Association des Entreprises Allemandes en Afrique Afrika Verein. L’Association des Entreprises Allemandes en Afrique regroupe plus de 550 entreprises qui s’intéressent au commerce extérieur et à la coopération économique avec les pays du continent africain. Afrika Verein s’engage à donner une nouvelle image de l’Afrique en Allemagne.

Première puissance économique d’Europe, l’Allemagne suit de très près les actions du chef de l'Etat congolais et sa volonté d’entretenir un partenariat privilégié avec l’Allemagne.
L’un des moments forts de cette visite de travail germanique sera la rencontre avec la Chancelière allemande, Angela Merkel.

Le renforcement de la coopération bilatérale, l’appui substantiel ainsi que les domaines de la coopération figurent parmi les sujets des échanges en tête-à-tête.
Pour rappel, le chef de l'Etat est allé répondre à l'invitation lui adressée par le gouvernement allemand. Il y a deux mois, le ministre allemand des affaires étrangères, à la tête d'une forte délégation, avait effectué un aller-retour à Kinshasa pour rencontrer le Président de la République Félix Tshisekedi et lui déposer l'invitation du gouvernement allemand.
La diplomatie au beau fixe
Cette visite survient après le voyage du Chef de l’Etat à Paris, en France où il a pris part au Forum pour la paix et la sécurité. Aussi, a-t-il été reçu par le Président Macron qui a annoncé une aide à hauteur de 65 millions d’euros à la RDC et s'est engagé à accompagner le travail de modernisation et de transformation entrepris par son homologue Félix Tshisekedi.

La France va d’abord aider le pays à lutter contre les groupes armés notamment, à l’Est du pays. La coopération se fera en matière de renseignement mais aussi elle sera militaire, a souligné le Président français.
En même temps, Paris entend mener une action diplomatique, dans le cadre des Nations Unies, pour sanctionner les leaders de ces groupes. Sur ce volet sécuritaire, Emmanuel Macron a dit souhaiter que tous les pays de la sous-région s'engagent aux côtés du président Félix Tshisekedi et, en particulier le Rwanda et l’Ouganda.

La Pros.

‘’Je peux vous rassurer que la République Démocratique du Congo répondra présente au rendez-vous du donner et du recevoir, en ce qui concerne la paix et le développement durable dans le monde‘’, a déclaré Félix Tshisekedi à Emmanuel Macron, lors de son adresse à l’occasion du Forum pour la paix et la sécurité à Paris, en France.

RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.