Flash

*A l’occasion de la dernière réunion du Comité de liaison CENI-Partis et regroupements politiques du 21 novembre 2018 en la Salle de Spectacle du Palais du peuple, rencontre qui a coïncidé avec l’annonce du lancement officiel de la campagne électorale sur l’ensemble du territoire national pour ce 22 novembre 2018, le Président de la CENI a livré quelques données chiffrées du processus électoral en cours.

Quelques agrégats liés aux électeurs, candidats, agents électoraux et matériel électoral

862.243 électeurs inscrits après l’enrôlement ;
837.526 radiés après traitement qualitatif du fichier ;
024.897 électeurs après radiation ;
21 candidats à la présidentielle pour 1 siège;
358 candidats à la députation nationale pour 500 sièges;
640 candidats à la députation provinciale pour 715 sièges;
563 Bureaux de vote ;
699 Centres de Vote ;
179 Centres Locaux de Compilation des Résultats (CLCR) ;
520 Membres des Bureaux de Vote et de Dépouillement ;
257 Machines à voter ;
871.580 Bulletins de vote ;
662.386 fiches, PV de vote et de dépouillement ;
200 kits CLCR;
700 Urnes;
500 Isoloirs;
700 Kits bureautiques de Bureaux de Vote et de Dépouillement;
600 Maximum d’électeurs par Bureau de Vote en province;
901 agents opérationnels ;
239 sites de formation.

Quelques agrégats liés aux poids en Kg et rotations pour le déploiement

Poids des Bulletins de vote : 498.715 ;
Poids des machines à voter : 1.908.000 ;
Poids des fiches, PV de vote et PV de dépouillement : 166.239 ;
Poids des urnes : 764.698 ;
Poids des isoloirs : 581.835 ;
Poids des kits bureautiques BVD : 1.496.147 ;
Poids des autres matériels et documents (formation, sensibilisation, télécoms) : 3.022.520 ;
Poids total des matériels et documents à déployer en Kg : 8.438.154 ;
Poids total des matériels et documents à déployer en Tonnes : 8.438 ;

 

 

Quelques agrégats de l’appui logistique récent du gouvernement au processus électoral

Matériel roulant

150 camions militaires adaptés au terrain reçus à Kinshasa pour couvrir la partie Ouest du pays ;
135 camions à recevoir dans les villes de la partie Est du pays à Mombasa ;
171 Pick-up ;
1800 motos.

Avions et hélicoptères

Avions Cargos : 1 Iliouchine-76 ; 1 DC-8 ; 3 Boeings 727 ; 1 Boeing-737 ; 2 Antonovs-26; 2 Antonovs-72 (Ces deux types d’Antonov sont particulièrement adaptés à des pistes d’accès difficile)
Avions passagers : 1 Boeing-737
5 Hélicoptères d’une capacité de 1,5 Tonne
2 Hélicoptères de supervision

Pour le Président de la CENI, à ce jour, 70% des Kits et matériels électoraux ont atteint leurs destinations et au plus tard le 07 décembre, le 30% restants atteindront aussi les leurs. Cette avancée notable des préparatifs des élections a permis à Corneille NANGAA YOBELUO de réaffirmer la tenue des scrutins combinés présidentiel, législatifs national et provincial pour ce 23 décembre 2018.
Rappelons que la campagne électorale qui commence ce 22 novembre 2018 se termine le vendredi 21 décembre 2018, à minuit.

 

 

Top départ de la campagne électorale : la CENI précise les dispositions légales

Dans son communiqué de presse N°031/CENI-RDC/18, daté du 21 novembre 2018 et signé par son Rapporteur Jean Pierre KALAMBA MULUMBA N’GALULA, la Commission électorale a porté à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que la campagne électorale pour l’élection présidentielle, les législatives et provinciales commence ce jeudi 22 novembre sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Elle se termine le vendredi 21 décembre 2018, à minuit.

De la tenue des réunions électorales

Dans ce communiqué la Centrale électorale souligne que seules sont habilités à organiser des réunions électorales sur l’ensemble du territoire, les partis politiques, les regroupements politiques et les candidats indépendants ou leurs délégués.

Si ce communiqué rappelle le droit et la liberté de réunion, il responsabilise les organisateurs des manifestations et rassemblements électoraux quant à leur bon déroulement, notamment en ce qui concerne le maintien de l’ordre public et le respect de la loi.

De l’affichage électoral

Concernant l’apposition d’affiches, de photos et autres effigies de propagande électorale pendant la campagne électorale, l’organe en charge de la gestion des élections met en exergue les conditions reprises dans l’Article 39 des Mesures d’application de la Loi électorale qui indique notamment que :

Chaque candidat indépendant, parti ou regroupement politique ne peut installer, à ses frais, à proximité du Centre de vote qu’un seul panneau d’affichage ;
Tout affichage est interdit sur les édifices publics.

De l’appel à la responsabilité au rappel des interdictions légales

Tout en rappelant la libre expression en période de campagne électorale, la CENI a invité les candidats au sens de responsabilité et à la retenue. Cet appel s’est traduit, dans ce Communiqué de presse N°031/CENI-RDC/18 par quelques mises en garde sous la forme d’interdictions suivantes :

Tenir des propos injurieux ou diffamations ;
Tenir des propos susceptibles d’inciter au mépris envers les tiers, à la haine, au racisme, au tribalisme ou à tout autre fait prévu et réprimé par les lois de la République ;
Inciter quiconque à commettre un acte de nature à entraîner des violences, des menaces ou à priver d’autres personnes de l’exercice de leurs droits ou libertés constitutionnellement garantis.

Par ailleurs, il est interdit aux candidats, aux partis politiques ou regroupements politiques d’utiliser à des fins de propagande électorale, les biens, les finances et le personnel de l’Etat, des établissements et organismes publics et des sociétés d’économie mixte.

La CENI a rappelé dans son communiqué de presse que l’abus des biens sociaux confirmé par un jugement irrévocable entraîne la radiation de la candidature de son auteur ou l’annulation de la liste du parti ou du regroupement politique incriminé (Article 41 des Mesures d’application de la Loi électorale).

De la clôture de la campagne électorale

Le communiqué de la CENI fixe dispositions à prendre par les candidats, partis politiques ou regroupements politiques à la clôture de la campagne électorale :

Enlever, vingt-quatre heures avant le jour du scrutin, toutes leurs affiches dans un rayon de 100 mètres du Centre de vote ;
Ne pas distribuer, le jour du scrutin, les manifestes, les circulaires ou documents de propagande ;
Ne pas porter des habits avec motif, couleur ou logo des partis politiques ou regroupements politiques et effigies de leurs présidents ou candidats sur les lieux de vote.

Avec la CENI (Le titre de La Pros.)*


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.