Flash

Le Ministre a. i de la santé, Pierre Kangudia se tient désormais au front de bataille, aux côtés de Félix Tshisekedi pour une santé de qualité dont tous les congolais seront bénéficiaires.

En effet, son implication en tant que tel s’est révélée lundi 22 juillet dernier, au cours de l’ouverture solennelle du Forum nationale sur la vaccination et l’éradication de la poliomyélite en République Démocratique du Congo, patronné par le Chef de l’Etat. Ce forum qui a connu la participation de plusieurs experts du secteur de la santé a fait l’objet d’un échange sur les moyens de l’éradication de cette maladie en RDC et sur la protection des enfants congolais par la vaccination.

Présent dans ce forum, Pierre Kangudia, qui commandera momentanément le secteur de la Santé, a délié sa langue pour décrier la non-protection de l’enfant congolais face à cette altération. Selon le rapport annuel mondial de 2018 de l’OMS, il appert que la RDC se trouve parmi les 11 pays qui regorgent 70% d’enfants non protégés.
Révolté, le Ministre de la Santé compte renverser la tendance. ‘’Notre pays compte vacciner au moins quatre millions d’enfants chaque année. Atteindre cette cible permettrait à la RDC d’économiser au moins 70 milliards de dollars américains en frais de maladie‘’, souligne-t-il.

L’occasion faisant le larron, Pierre Kangudia en a profité pour citer quelques grandes réalisations déjà accomplies par le nouveau régime en matière sanitaire. L’introduction de nouveaux vaccins jusqu’à atteindre 11 antigènes, l’amélioration de la couverture de la chaine de froid, la construction d’un des plus grands dépôts de l’Afrique centrale pour la conservation des vaccins et la contribution du gouvernement à l’achat des vaccins traditionnels depuis 2012, sont, au demeurant, les accomplissements déjà enregistrées.

De ces assisses importantes, il ressort plusieurs recommandations qu’il faudra bien entendu prendre en compte. Il s’agit de dégager un consensus sur les priorités de chaque province en matière de vaccination, mener un plaidoyer pour des actions politiques fortes, mais aussi identifier les mécanismes et les actions appropriées pour le renforcement de la gouvernance de toutes les parties prenantes.

Il sera également question d’instaurer une culture de recevabilité autour de la vaccination et amener les autorités administratives et politiques provinciaux à faire de la vaccination l’une des priorités des programmes du développement. Ce forum s’est clôturé le mardi 23 juillet 2019.

Grâce Kabedi

 


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.