Flash

Le Forum pour la paix et la réconciliation se tiendra, mardi 7 novembre 2018, à Kinshasa. L’annonce a été faite par le Président de la Commission d’Intégrité et Médiation Electorales, CIME en sigle.

Les Chefs de Confessions Religieuses de la RD-Congo suivent avec attention l’évolution du processus électoral. Etant donné qu’il persiste beaucoup de divergences sur l’une ou l’autre question électorale et en vue de garantir la paix, avant, pendant et après les élections, ils affirment, d’une part, la nécessité de jouer le rôle d’apaisement des esprits avant la tenue des scrutins; de dissiper tout climat de méfiance et de suspicion entre les acteurs politiques et sociaux ; de sceller un pacte de paix en vue de l’organisation des élections dont les résultats seront acceptés par tout le peuple, d’autre part. Ce Forum a pour objet de promouvoir des meilleures conditions de paix et de cohésion nationale. Ci-après, l’intégralité du Message des Chefs des Confessions religieuses de la RD-Congo.

MESSAGE DES CHEFS DES CONFESSIONS RELIGIEUSES DE LA RD-CONGO SUR LA TENUE DU FORUM POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION

Les Saintes écritures déclarent : “Heureux ceux qui procurent la Paix car ils seront appelés fils de Dieu” Mathieu 5:9 (Sainte Bible). “Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la Paix entre vos frères, et craignez DIEU afin qu’on vous fasse miséricorde », Surate 49 verset 10 (Saint Coran).

Nous, Chefs des Confessions Religieuses membres de la Commission d’Intégrité et Médiation électorales (CIME), suivons avec une attention soutenue l’évolution du Processus électoral en cours en République Démocratique du Congo;

Etant entendu qu’à l’approche des élections générales prévues à la fin de cette année 2018, il persiste encore des points de vues divergents sur une question ou sur une autre, qui ne garantissent pas la Paix avant, pendant et après les élections, affirmons ce qui suit :

La nécessité pour la CIME de jouer son rôle dans l’apaisement des esprits avant la tenue des scrutins ;

L’urgence de dissiper tout climat de méfiance et de suspicion entre les acteurs politiques et sociaux avant la tenue des élections du 23 décembre 2018 ;

L’importance de sceller un pacte de paix devant baliser la voie à l’organisation des élections dont les résultats seront acceptés par tous.

Après une évaluation objective de la situation à la suite des pré-consultations avec différents acteurs, les conclusions de ces consultations ont recommandé à la CIME d’initier le projet de Forum pour la Paix et la Réconciliation.

Au regard de ce qui précède, NOUS, Chefs des Confessions Religieuses :

Annonçons la tenue à Kinshasa du 07 au 10 novembre 2018 du Forum pour la Paix et la Réconciliation ;

Rappelons que l’objectif du Forum pour la Paix et la Réconciliation est de promouvoir des meilleures conditions de Paix et de cohésion nationale avant et après la tenue effective des scrutins du 23 décembre 2018 ;

Soulignons que Le Forum pour la Paix et la Réconciliation aura pour finalité la signature, par les principaux leaders politiques, leaders sociaux, les animateurs des institutions d’appui à la démocratie et autres parties prenantes au processus électoral, d’un Acte d’Engagement pour la Paix et la Réconciliation avant, pendant et après les élections du 23 décembre 2018 ;

Prévenons que le Forum pour la Paix et la Réconciliation ne constitue pas une opportunité de négociation politique en vue du partage du pouvoir sur le dos du Peuple. Plutôt une rencontre d’harmonisation des vues pour un atterrissage en douceur du processus électoral ;

Exhortons les acteurs politiques et les leaders de la société civile à s’entendre comme filles et fils appartenant à une même Patrie en privilégiant l’appel par tous à la paix, à la retenue et à la cohesion nationale ;

Encourageons l’effort d’acquisition et de déploiement de la Logistique des élections d’une part, et la formation en cascade des agents électoraux d’autre part;

Saluons également les efforts du Gouvernement de la République Démocratique du Congo à poursuivre le financement conséquent du processus électoral ;

Informons la Nation que le Réseau d’Observation des Confessions Religieuses (ROC) déploiera des missions d’observation des élections sur toute l’étendue du territoire national ;

Affirmons que le Forum pour la Paix et la Réconciliation réunira, outre les Candidats à l’élection présidentielle, les chefs des regroupements politiques régulièrement enregistrés, les leaders de la Société Civile, les Chefs traditionnels et coutumiers, les responsables des institutions d’appui à la démocratie, des experts et observateurs ;

Implorons l’ETERNEL DIEU afin qu’il accompagne et protège le Peuple Congolais avant, pendant et après les élections.

Fait à Kinshasa, le 1er Novembre 2018

Pour les Chefs des Confessions Religieuses,

Révérend ELEBE KAPALAY Delphin

PRESIDENT DE LA CIME

 


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.