Flash

Remplacer l’image sur l’exploitation artisanale de diamant qui se trouve sur le billet de 500 FC par l’effigie de l’héroïne Kimpa Vita, est plus qu’une reconnaissance nationale à une digne fille du pays qui a sacrifié toute sa vie pour lutter contre l’esclavagisme des noirs.

Cette initiative louable émane de la Fondation ‘‘Clément Kitengye Kisaka’’’ pour honorer et pérenniser le nom de celle qui est considérée comme symbole de résistance contre l’impérialisme en République Démocratique du Congo et en Afrique.

Selon les informations à notre possession, la FCKK a déjà recueilli plus de 5.000 signatures à Kinshasa faisant foi, et presqu’autant dans le Kongo Central pour l’apposition de l’effigie de Kimpa Vita sur le billet de 500 Francs Congolais.

Ainsi, la Fondation pense que le Député national Pius Muabilu Mbayu Mukala est la personne la mieux placée pour faire attendre ce plaidoyer au niveau du Parlement.

Pour porter très haut cette flamme patriotique, les responsables et les sympathisants de FCKK ont adressé un mémorandum au Président du Congrès National Congolais (CNC) et Autorité morale de la plateforme électorale «Alliance pour l’Avenir». Ils comptent sur son dynamisme et surtout sa capacité d’obtenir l’adhésion de ses pairs députés à cette démarche, au niveau de l’Assemblée nationale.

«Connaissant votre sens élevé de patriotisme, notre fondation compte sur votre disponibilité pour soutenir, mieux être avocat audit plaidoyer auprès des instances hiérarchiques compétentes», peut-on lire noir sur blanc dès l’entame de ladite correspondance.

Il faut noter que, depuis un certain temps, la FCKK s’est résolument engagée pour que les autorités congolaises honorent ses filles et ses fils qui ont marqué l’histoire du pays. On se souvient que certains ont même payé de leur sang, non seulement pour défendre les intérêts de la nation, mais aussi pour imprimer dans l’esprit du peuple un éveil de conscience politique collectif et les valeurs patriotiques. D’où, il est impérieux de voir graver les noms d’illustres personnages, en lettre d’or dans les annales de l’histoire de la République. Et le pays mérite de le faire comme cela se passe sous d’autres cieux où les grandes figures historiques sont immortalisées dans des billets de banque.

Honneur à Kimpa Vita : acte patriotique

«Cette manière d’agir aura, à coup sûr, pour effet naturel de recevoir les grâces du Ciel. Que du nombre, la mémoire nationale se souviendra de Ndona Kimpa Vita, Mfumu Kimbangu, Patrice Emery Lumumba, Laurent- Désiré Kabila, et bien d’autres encore», poursuit-il dans le mémo. En effet, la Fondation recommande, désormais, l’impression des images représentant tous ces héros et martyrs sur les billets de banque, accordant la primauté à l’image de marque de Ndona Kimpa Vita (voir photo) sur le billet de 500 Francs congolais.

Ainsi, l’on aura contribué à un réaménagement moral des Congolaises et Congolais qui s’imprègneront au quotidien du combat que l’héroïne a mené, il y a quelques siècles. Et que les idées se perpétuent jusqu’à la génération future. Toutefois, les responsables de cette Fondation manifeste leur gratitude au Président de la République, Joseph Kabila Kabange, qui eut l’ingénieuse idée de baptiser un des aéronefs de la Compagnie aérienne Congo Airways du nom de Kimpa Vita.

C’est qui est évident, la Fondation Clément Kitengye Kisaka milite en faveur de la restauration de la martyre Kimpa Vita. L’objectif est que les idées de la lutte de cette héroïne légendaire soient connues par la postérité et que son combat demeure un des leitmotivs de tout Congolais en quête permanente de son épanouissement.

JD

 


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.