Flash

La «Maison du peuple» de Jeanine Mabunda ne cesse de recevoir les gens en audience. Des diplomates étrangers, en passant par des filles et fils de la RDC, le cabinet de travail du numéro un des élus du peuple, demeure ‘’véritablement’’ ouvert pour toutes les catégories de personnes.

En visite officielle en RD Congo, le sous-secrétaire d’Etat adjoint des USA, en charge des droits de l’homme, démocratie et travail, s’est entretenu hier, mardi 18 juin, avec la Présidente de l’Assemblée nationale. Les deux personnalités ont souligné la nécessité de renforcer la coopération entre les USA et la RDC dans la promotion des droits de l'homme et la lutte contre la corruption, spécialement au niveau de l'arsenal juridique.

C’est ainsi qu’au sortir de l’audience, accompagné de l’ambassadeur des Etats-Unis en RDC, Mike Hummer, Scott Busby a fait savoir à la presse accréditée au parlement, que cette rencontre a permis d’évoquer les points concernant la démocratie et les droits humains. «J’ai parlé avec la Présidente de l’Assemblée nationale sur les priorités et savoir sur quoi ils vont se focaliser en ce qui concerne le droit de l’homme et la démocratie. Nous avons parlé de la lutte contre la corruption. Madame la Présidente a approuvé que c’est endémique et il faut trouver des voies et moyens pour lutter contre», précise-t-il à la presse.

Il s’est dit disponible à travailler ensemble avec la commission de la chambre basse en charge de la démocratie et des droits de l’homme pour faire face à des questions des lois et de liberté de presse. Il a, par la suite, félicité l'Assemblée nationale pour la création d'une commission permanente devant s'occuper des questions des droits de l'homme, ce qui est une avancée très significative dans la pratique parlementaire en RDC et en Afrique.

Ensuite, l'honorable Présidente de l'Assemblée nationale a échangé avec le Secrétaire Général du Forum des Parlementaires de la CIRGL, Onyango KAKOBA. Ce dernier qui est venue féliciter la speaker de la Chambre basse pour sa brillante élection, a noté avec satisfaction la détermination de Jeanine Mabunda à travailler étroitement avec le Forum afin de renforcer la fraternité et l'échange d'expériences entre les élus des pays des grands lacs. A noter que le siège du Forum des Parlementaires de la CIRGL est à Kinshasa.

Merdi Bosengele

 


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.