Flash

Fidèle à ses engagements, Jeanine Mabunda Lioko, Présidente de l’Assemblée nationale soit-elle, n’a jamais été aussi sollicitée qu’auparavant.

En effet, depuis son avènement à la tête de la Chambre basse du parlement, elle a reçu et ne cesse de recevoir en audience des personnes de toutes tendances confondues, sociales que politiques. Et donc, d’ici la fin de son mandat, tout laisse à croire que cette grande Institution de la République Démocratique du Congo, va certainement revêtir sa plus belle connotation d’une ‘’Maison du peuple ». Hier, lundi 27 mai 2019, le numéro 1 des Députés nationaux, a accordé trois importantes audiences dans son cabinet de travail. De quoi rendre cet organe délibérant proche et à l’écoute des préoccupations de la représentation nationale.

Avec les élus de Kalehe, Jeanine Mabunda a évoqué la nécessité d'organiser une séance de travail avec le Ministre des travaux publics, dans le sens de réhabiliter rapidement les voies ferrées et aménager les ports d'accostage des embarcations pour contenir la spirale des naufrages dans ce territoire du Sud Kivu. A en croire la Député Adolphine Muley, le 1er des élus du peuple s’est montrée très attentive à cette question cruciale qui va dans le sens d’aider surtout les ressortissants de ce coin du pays. Ce faisant, la population pourrait se déplacer par voies ferrées, ce qui pourrait régler également cette question de naufrage dans ce territoire du Sud-Kivu. Audience 2

Par la suite, la speaker de l'Assemblée nationale a reçu la délégation des élus de la Tshuapa venue l'informer de l'élévation d'un fils de cette province comme nouvel évêque du diocèse de Bokungu-Ikela. Ces Députés nationaux ont aussi évoqué la problématique de l'exploitation du pétrole dans la Tshuapa, réserve principale du parc de la Salinité. Comme si cela ne suffisait-il pas, la Présidente de l'Assemblée nationale a échangé avec la délégation des Députés du Maindombe sur le dernier naufrage survenue au lac portant le même nom qui a causé plus de 45 morts. Les questions concernant la spirale de l'insécurité à Inongo et sur le cas du procureur Etina, arrêté ‘’injustement’’, ont été abordées par la même occasion. Dans tous les cas, Jeannine Mabunda a promis l'implication de la Chambre basse du parlement, pour une solution durable au mouvement sécurisé des populations vivant au bord des lacs, fleuves et rivières.

D’emblée, il convient de souligner que la semaine dernière, Jeanine Mabunda Lioko, tenant à sa politique de proximité et à l’écoute du peuple, avait invité les enfants à venir assister aux travaux de la plénière. Eu égard à ce qui précède, la porte de son cabinet semble être toujours ouverte pour le peuple congolais à travers ses représentants à l’Assemblée nationale.

Merdi Bosengele

 


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.