Flash

*Félix Tshisekedi Tshilombo, par la voix du Premier Ministre, Bruno Tshibala, a recommandé aux Gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces de la République démocratique du Congo de choisir l’audace, le pragmatisme pour atteindre les objectifs de développement de leurs provinces et entités.

Lors de la clôture du séminaire de recadrage, Bruno Tshibala a rassuré les séminaristes, en soulignant que la rétrocession sera, à coup sûr, une solution royale pour mettre fin aux jérémiades interminables de leurs prédécesseurs. ‘’A l’issue de ce séminaire, vous disposez de tous les atouts nécessaires et vous sortez lumineux pour aller tête haute vers la réalisation du projet de développement économique du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi Tshilombo’’, a martelé le Premier Ministre. Il a insisté sur la nécessité de privilégier la vision du Chef de l’Etat et de plus regarder dans la même direction.

Les lampions du séminaire de mise à niveau des Gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces se sont éteints, mercredi 15 mai 2019, à Kempinski Hôtel de Kinshasa. Ce séminaire est une réactivation en vue de permettre aux gouverneurs d’affronter et résoudre les problèmes qui se posent dans leurs provinces et qui, par ailleurs, handicapent le développement des entités de base. ‘’Sans le progrès de ces entités, on ne saurait atteindre le développement intégral à l’Horizon 2030’’, a déclaré le Premier Ministre dans son mot de clôture, au nom du Chef de l’Etat qu’il a représenté à la fin de ces assises. A cet effet, il a rappelé que ce sont les grandes articulations du programme du Chef de l’Etat qui ont servi de cadre de référence pouvant conduire les gouverneurs dans l’exercice de leurs responsabilités. Il s’agit, entre autres, de la relance du développement en RDC, de la restauration de la bonne gouvernance, de l’Etat de droit et du peuple qui constitue l’épicentre de toutes les actions à mener. Pour le Chef du Gouvernement, l’objectif du séminaire, c’est d’œuvrer ensemble pour aboutir à des résultats convaincants. Il a insisté sur la nécessité de privilégier la vision du Chef de l’Etat et de plus regarder dans la même direction. C’est le sens de son invitation aux séminaristes de développer un sens managérial et de leadership responsable et conséquent.

Au nom du Président de la République, il a évoqué les difficultés que les gouverneurs auront à affronter. Il est d’avis que pour faire face, il faut créer rapidement une conférence des gouverneurs pour les aider à démarrer en toute responsabilité les défis qui les attendent et aussi de mettre en place toutes les institutions tant provinciales que nationales.
‘’Les défis qui vous attendent sont multiples mais non insurmontables. Il faut privilégier l’intérêt de l’Etat en évitant les querelles byzantines et tirer les leçons de l’instabilité des institutions du passé récente, en entrant dans les mésententes et accord stériles’’, a exhorté Bruno Tshibala. L’union faisant la force, il a recommandé aux gouverneurs des provinces de faire de cet adage un leitmotiv vers les entités.
Pour leur part, les participants ont formulé les recommandations au Président de la République et au Gouvernement.
Après lecture du rapport final de ce séminaire, le Premier Ministre Bruno Tshibala et le Vice-premier ministre intérimaire en charge de l’Intérieur ont procédé à la remise de brevets de participation aux Gouverneurs et Vice-gouverneurs.

La Pros.


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.