Flash

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a prié ce dimanche de Pâques avec les chrétiens catholiques en la Cathédrale Notre-Dame du Congo à Kinshasa/Lingwala.


L’officiant de cette messe, le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque Émérite de Kinshasa, qui l’a accueilli à son arrivée à l’église a, dans son mot de bienvenue, dit aux chrétiens que le Président de la République est venu rendre une action de grâce depuis son avènement à la tête du pays.
Le prélat de Kinshasa a souhaité que son mandat soit bénéfique pour le peuple de Dieu, avant d’inviter les Congolais à faire confiance en Dieu pour le redressement de la RDC.
Dans son homélie à l’occasion de la messe de Pâques, l’archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo Besungu, a adressé un message d’espérance.
«Ne vous découragez pas. Surtout, ne placez pas votre espérance sur un être. Confiez-vous à Dieu qui, seul, peut dérouler la pierre qui ferme votre avenir. Que chacune et chacun de vous abandonne son cœur de pierre pour devenir sensible aux misères des autres … Ne laissez pas la haine, le tribalisme, la corruption ainsi que ses effets, la division et autres antivaleurs gagner vos cœurs. », a-t-il dit.

Par contre, le secrétariat général de la CENCO a, dans son message publié ce dimanche, rappelé que la fête de Pâques est aussi une invitation à la confiance. Il a, à cet effet invité les Congolais à avoir confiance à leur vie, à leur avenir et à l’avenir de leur pays. «Si le Peuple congolais tout entier, bénéficiaire des ressources naturelles énormes, accepte de mourir avec le Christ, se défaire de ses antivaleurs et de vivre l’amour du Christ, avec Lui il ressuscitera. Si il vit avec Lui, avec Lui il régnera. Il sortira de ses tombaux de la guerre et de la misère pour la gloire de Dieu», a-t-il dit.
Le vœu des prélats catholiques rencontre celui du Président Félix Antoine Tshisekedi. En effet, dans son discours d’investiture ainsi que dans tous les discours qu’il tient, le Chef de l’Etat ne cesse de répéter qu’il mènera une lutte efficace et déterminée contre la corruption et les antivaleurs notamment l’impunité, la mauvaise gouvernance, le tribalisme et autres.

Il ne cesse également de rassurer la population congolaise que son intérêt sera au centre de toutes ses actions.
Le Président Félix Tshisekedi a tenu ce discours au cours de sa visite aux Etats Unis, lors de sa première sortie dans les pays de la sous-région ainsi qu’à l’intérieur de la RDC.
La République démocratique du Congo (RDC), rappelle-t-on, compte plus de 90 % de chrétiens.

ACP


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.