Dernières publications

Flash

*‘’L’humilité est l’antichambre de toutes les vertus’’, recommande-t-il aux acteurs majeurs de ces deux plateformes politiques qui sont appelées à travailler ensemble, à se serrer les coudes, à diriger le pays et à l’orienter vers de nouveaux horizons plus beaux qu’avant.

Yesu Kitenge, nommé Haut Représentant et Envoyé Spécial du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a si bien relevé l’intérêt, pour le Front Commun pour le Congo et le Cap pour le Changement, à ne pas se faire de l’Opposition alors que ces deux plateformes politiques sont, pourtant, liées et condamnées à gérer ensemble le pouvoir né des élections du 30 décembre 2018. Concrètement, il leur recommande de privilégier l’intérêt supérieur de la nation, de transcender les divergences et, surtout, de trouver des passerelles pour des échanges et autres concertations nécessaires au bon fonctionnement des institutions du pays et pour le bien-être de l’ensemble du peuple congolais. Il a, enfin, lancé un appel au soutien massif à l’action de Félix Tshisekedi, celui-là même dont il servira, désormais, de porte d’accès pour tous ceux qui veulent contribuer à l’avancée du pays.kitenge yesu

Samedi 30 mars aura été marqué d’une histoire vraie, celle d’une fête ponctuée de retrouvailles des acteurs de plusieurs générations politiques, depuis 1960 à ce jour, à la résidence de Jacques Tshibombo Mukuna, Sénateur de son état, située sur les hauteurs de l’avenue Kananga, à Binza Pigeon, à Ngaliema.
Au-delà des crachins d’une pluie torrentielle, le temps semblait s’être momentanément arrêté ce jour-là, pour renvoyer à Félix Tshisekedi, le tout nouveau Président de la République, tous les remerciements pour avoir nommé Kitenge Yesu aux fonctions de Haut Représentant et Envoyé Spécial.

Jacques Tshimbombo, mieux connu de l’agora politique pour ses multiples services rendus à la nation aussi bien sous la deuxième République qu’au travers les autres épisodes de l’évolution de la RD. Congo, croit qu’au ‘’regard de la moyenne d’âge des personnes qui composent son cabinet, on peut affirmer que par cette nomination, le Président de la République, a allié jeunesse et sagesse, tout en conférant ainsi plus de valeur ajoutée à son équipe de travail’’.
Il estime donc que c’est ‘’un honneur que le Président de la République vient de faire non seulement aux contemporains, mais aussi, à d’autres frères et amis de YesuKitenge.
‘’Aussi, je voudrais, au nom de l’heureux élu et à celui de nous tous qui nous sentons honorés par ce choix, exprimer notre gratitude au Chef de l’Etat et lui renouveler l’expression de nos sincères remerciements. Notre devoir de reconnaissance envers le Président de la République est d’autant plus important que la fonction confiée à notre frère lui permet d’occuper une position protocolaire élevée au sein de l’Etat’’, déclare Jacques Tshimbombo.
Car, pour lui, ‘’ce qui est arrivé à notre frère et ami YESU est, à vrai dire, le fruit du rôle qu’il a joué dans l’ombre auprès du futur Président de la République. Yesu a cru de façon inébranlable en Félix. Voilà ce que procure la fidélité à une personne et la foi en elle. Yesu a horreur d’éloges. Il aime vivre effacé. C’est donc à dessein que je vais rester avare au sujet de ses multiples qualités.
Cependant, je dirai une chose: le Président de la République a misé sur un cheval gagnant. Yesu est un oiseau rare comme en témoigne sa très riche trajectoire politique. Il n’a pas été que grand commis de l’Etat. Il demeure un grand homme d’Etat. Le voilà rattrapé aujourd’hui par la politique, lui qui croyait s’en être éloigné pour toujours’’. Dans son allocution, ci-dessous, tout en laissant à Félix Tshisekedi la primeur de définir le contenu de cette nouvelle fonction inexistante de la nomenclature des postes publics en RD. Congo, Tshimbombo explique, à sa manière, qu’il ressort une constante de l’étude des expériences qu’il a scrutées en Afrique notamment, au Burkina-Faso, au Niger et en Guinée Conakry que le ‘’Haut Représentant représente un puissant. Et celuiqui représente un puissant est également un puissant. Voilà ce que je peux me permettre de dire pour l’instant à mon niveau concernant la fonction de Haut Représentant. Notre grande joie est de compter parmi nous quelqu’un qui est très proche du Président de la République. Nous avons désormais un pont pour approcher plus facilement le magistrat suprême de notre pays. C’est ce qui importe pour l’instant, à mon humble avis’’, conclut-il.

LPM

Allocution du Sénateur Jacques Tshimbombo Mukuna à l’occasion du dîner d’amitié offert en l’honneur de son Excellence Yesu Kitenge, Haut Représentant et Envoyé Spécial du Chef de l’Etat
(Kinshasa, le 30 mars 2019, 19h00)
Distingués frères et sœurs,
Avant toute chose, rendons grâce au Bon Dieu qui a permis de nous retrouver ce jour en ce lieu. C’est par Lui que je prends la force de m’adresser à vous ce soir. Qu’Il soit loué abondamment.
Comme vous le savez, il a plu à Son Excellence Monsieur le Président de la République de nommer au sein de ses services personnels, un Haut Représentant et Envoyé Spécial, en la personne de notre frère et ami KitengeYesu.
Au regard de la moyenne d’âge des personnes qui composent son cabinet, on peut affirmer que par cette nomination, le Président de la République, a allié jeunesse et sagesse, conférant ainsi plus de valeur ajoutée à son équipe de travail.
C’est donc un honneur que le Président de la République vient de faire non seulement aux contemporains, mais aussi, à d’autres frères et amis de YesuKitenge que nous représentons ici.
Aussi, je voudrais, au nom de l’heureux élu et à celui de nous tous qui nous sentons honorés par ce choix, exprimer notre gratitude au Chef de l’Etat et lui renouveler l’expression de nos sincères remerciements.
Notre devoir de reconnaissance envers le Président de la République est d’autant plus important que la fonction confiée à notre frère lui permet d’occuper une position protocolaire élevée au sein de l’Etat.
D’aucuns se posent certainement la question de la signification de la fonction de Haut Représentant du Chef de l’Etat jusque-là inexistante dans la nomenclature des postes publics dans notre pays. J’estime que c’est au Président de la République que revient la primeur de donner le contenu à la fonction qu’Il a créée pour notre frère. Cependant, il ressort une constante de l’étude des expériences que j’ai scrutées en Afrique notamment, au Burkina-Faso, au Niger et en Guinée Conakry : le Haut Représentant représente un puissant. Et celuiqui représente un puissant est également un puissant. Voilà ce que je peux me permettre de dire pour l’instant à mon niveau concernant la fonction de Haut Représentant.
Notre grande joie est de compter parmi nous quelqu’un qui est très proche du Président de la République. Nous avons désormais un pont pour approcher plus facilement le magistrat suprême de notre pays. C’est ce qui importe pour l’instant, à mon humble avis.
Distingués frères et sœurs,
Ce qui est arrivé à notre frère et ami YESU est, à vrai dire, le fruit du rôle qu’il a joué dans l’ombre auprès du futur Président de la République. Yesu a cru de façon inébranlable en Félix. Voilà ce que procure la fidélité à une personne et la foi en elle.
Yesu a horreur d’éloges. Il aime vivre effacé. C’est donc à dessein que je vais rester avare au sujet de ses multiples qualités.
Cependant, je dirai une chose: le Président de la République a misé sur un cheval gagnant. Yesu est un oiseau rare comme en témoigne sa très riche trajectoire politique. Il n’a pas été que grand commis de l’Etat. Il demeure un grand homme d’Etat. Le voilà rattrapé aujourd’hui par la politique, lui qui croyait s’en être éloigné pour toujours.
Leçon morale : seule une mort physique entraîne la mort politique. Mais, aussi longtemps qu’on vit, on peut rebondir politiquement.
Monsieur le Haut Représentant et Envoyé Spécial du Chef de l’Etat,
Vos sœurs, frères et amis sont là autour de vous. Ils n’ont qu’un souhait, celui de vous savoir toujours bien portant et au bénéfice d’une longue vie. Nous nous tenons tous prêts à vous apporter notre soutien pour le succès de votre prestation auprès du Président de la République. A tout moment, le Chef de l‘Etat peut compter sur nous.
Distingués frères et sœurs,
C’est mon épouse Angèle Tshimbombo, qui est la fille du Haut Représentant qui offre ce dîner d’amitié à son papa. Elle serait heureuse, m’a-t-elle soufflé, si vous ne vous limitiez pas à gouter sa cuisine, mais à manger son repas avec beaucoup d’appétit.
Pour terminer, votre participation à ce dîner d’amitié nous honore et nous comble de plaisir.
Laissez-moi, Distingués frères et sœurs, vous remercier très sincèrement pour la marque d’amitié et de fraternité sans borne que vous nous témoignez. Nous en sommes profondément touché.
Excellente soirée à toutes et à tous.
Levons nos verres à la santé et au succès de notre frère Yesu.
Bon appétit.


RASOIR

«Fiasco», c’est un mot d’origine latine, qui symbolise un échec total ou monumental, qui arrive dans une situation donnée, dans la vie des êtres humains. Hélas !

Le décor planté en ce moment même au sein du microcosme politique de l’opposition laisse entrevoir un fiasco qui, sans aucun doute, serait difficile à effacer d’aussitôt dans les mémoires des congolais lambda. Cela, en perspective du scrutin du 23 décembre 2018, où au regard de ce qui arrive, laisse le couloir au Candidat du FCC. Eh oui, 24 heures ont suffit pour que, sur les sept ténors de l’opposition qui ont fait le déplacement de Genève, deux membres ‘’trahissent’’, au bas mot, le compromis pris à Genève, lequel a propulsé Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’opposition.

A ce stade, Faudra-t-il encore parler de la trahison venant de la part de Kamerhe et Fatshi ? Le revirement brusque de ces deux leaders de l’opposition, après la pression de leur base respective, est-il vraiment justifié? Que dire du rendez-vous de la Suisse ? Etait-ce un règlement des comptes des trois candidats écartés à la course pour la magistrature suprême, à savoir : Bemba, Katumbi et Muzito, qui auraient choisi un candidat qui plaiderait leur cause ? Que des questions sans réponse. En effet, l’issue des concertations de l’opposition à Genève avait présagé d’ores et déjà les couleurs de prochaines élections qui vont être organisées par la Centrale électorale, sur la capacité des uns et des autres à mettre, chacun, de l’eau dans son vin et d’harmoniser les vues de chaque prétendant, en se mettant ensemble comme il faut, pour gagner les élections à venir.

Toutefois, succombant aux caprices de la base de l’UNC et de l’UDPS, Kamerhe et Tshisekedi se sont désolidarisés des conclusions de Genève, laissant Martin Fayulu avec quelques camarades invalidés, à poursuivre le schéma établi dans la Capitale helvétique. Ainsi, avec cette division spectaculaire, les Opposants laissent passer la chance d’espérer à la victoire finale après le 23 décembre 2018. De l’autre côté, le Front Commun pour le Congo -FCC-, avec sa “machine à gagner”, semble avoir pris une sérieuse avance sur les enjeux électoraux qui se peaufinent à l’horizon.

La Pros.