Flash

Editos

    Le Sondage Express

    Comment jugez-vous l'action du Président Félix-Antoine Tshisekedi ?

    Statistiques

    2753251
    Aujourd’hui
    Hier
    Cette semaine
    La semaine passée
    Ce mois
    Le mois dernier
    Au total
    8516
    11280
    71020
    2591171
    71020
    392867
    2753251

    Your IP: 3.231.229.89
    2019-12-07 19:48

    Fers au feu !

    Hier encore, les agents et fonctionnaires de l’Etat du Ministère de l’Environnement étaient nombreux devant l’Hôtel du Gouvernement, à la Gombe.

    Ils réclamaient, selon les propres dires, environ 45 ans des primes non touchées, depuis la création de ce Ministère.
    Dans la même journée d’hier, à la Gécamines, le même cri d’alarme a fait l’objet d’un mémorandum axé sur l’état des lieux, les difficultés ainsi que les propositions de sortie de crise.

    Aujourd’hui, il ne serait pas exagéré d’imaginer que dans la suite de succession des faits, que d’autres revendications sociales, à l’instar de celles qu’on a déjà connues à Transco, à la SCPT, à la SCTP, à New Transkin, à la Sonas ainsi qu’à la SNCC, viennent renforcer le camp de nouvelles pressions en voie d’être déclenchées contre l’action de la gouvernance Tshisekedi.

    A défaut d’un financement extérieur adapté à la hauteur du désastre économique et de ses multiples répercussions sur le social, il n’y a qu’une action volontariste de la part de l’Etat pour mobiliser les ressources sans cesse sollicitées de toutes parts, pour tenter, de manière forte, de conjurer toutes ces crises aux élans irrédentistes.

    Comment y arriver dès lors qu’en ce temps, puisque le gouvernement de coalition tarde à venir et le cabinet Félix est encore incomplet, pour mettre la main à la pâte.
    Plus, les jours passent, mieux la situation devient corsée. Et, au comble de tout, au-delà des acquis démocratiques liés, par exemple, à l’alternance, quoique contestée, au sommet de l’Etat, ces dossiers à multiples rebondissements sur le plan social sont à prendre au sérieux. Là, Félix Tshisekedi, en dépit de son agenda restant encore à fignoler, doit passer vite à l’action.

    Ainsi qu’il a été à Luanda, Nairobi, Brazzaville ou à Addis-Abeba, il devra encore et toujours s’imprégner de l’ensemble de la situation du pays, pour examiner les voies et moyens d’en définir les approches devant maximiser les chances de la réussite. Etant donné que le budget 2019 déjà adopté est faible, il va falloir qu’un nouveau collectif soit présenté à la prochaine session dont l’ouverture interviendra, le 15 mars prochain, pour redimensionner les chiffres à la taille de vrais enjeux. C’est un travail technique, certes. Mais, c’est aussi une question de politique et de mobilisation générale des ressources.

    Félix Tshisekedi est appelé, dans ce cas, à avoir plusieurs fers au feu. Tantôt, il doit miser sur les ressources internes. Tantôt, il devra lorgner vers la communauté internationale dont l’aumône, pourtant répugnée par Kabila, au nom de la souveraineté intégrale et de l’indépendance totale, paraît encore plus que nécessaire. Que fera-t-il alors ?

    LPM

     

    Nos Partenaires

    • africatime.jpg
    • africa_n1.jpg
    • allafrica.jpg
    • logo-monusco.jpg
    • okapi.jpg

    Les plus lus

    • Semaine

    • Mois

    • Tout

    Galerie